Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire historique des Vendéens

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Ydier, René François Raphaël

imprimer la notice complète

Notice rédigée par : Archives de la Vendée

Fait partie de : Dictionnaire des combattants vendéens de la Grande Guerre

Données identitaires

Identité

homme

Portraits
1num1_0165_lot12_0001_2.jpg

1num1_0165_lot12_0001_2.jpg

1num1_0165_lot12_0002_1.jpg

1num1_0165_lot12_0002_1.jpg


Portraits de René Ydier (Arch. dép. Vendée, 1 Num 1/165-12 - Collecte 14-18, Prêt Ydier)

Naissance, Filiation et Décès

Naissance

le 16 mars 1894

à Nesmy (Vendée, France)

Filiations
  • Raphaël Ydier, degré : Père

  • Catherine Charpentreau, degré : Mère

Décès

le 06 janvier 1966

à Roche-sur-Yon, La (Vendée, France)

Circonstances historiques

Contexte historique
  • Première Guerre mondiale
Qualité liée à un contexte historique exceptionnel
  • Prisonnier de guerre

Autres Illustrations

1num1_0165_lot12_0004.jpg

1num1_0165_lot12_0004.jpg

1num1_0165_lot12_0005.jpg

1num1_0165_lot12_0005.jpg

1num1_0165_lot12_0006_1.jpg

1num1_0165_lot12_0006_1.jpg

1num1_0165_lot12_0007.jpg

1num1_0165_lot12_0007.jpg

1num1_0165_lot12_0008.jpg

1num1_0165_lot12_0008.jpg


Plaque d'identité militaire de René Ydier ; trois citations ; diplôme de médaille militaire du 30-12-1923 (Arch. dép. Vendée, 1 Num 1/165-12 - Collecte 14-18, Prêt Ydier)

Notice biographique

Vie civile

Autre activité ou profession

  • Métier du commerce

    Lieu : Roche-sur-Yon, La (Vendée, France)

    Exerce la profession de quincaillier lors de son incorporation

Vie militaire

Service

Date de début : 05 septembre 1914

Classe : 1914

N° matricule : La Roche-sur-Yon, n° 870

Armes et services des armées

  • Infanterie

    Date de début : 05 septembre 1914

    Incorporé au 93e régiment d'infanterie le 5 septembre 1914, muni du brevet militaire. Dirigé sur le front le 10 novembre 1914, affecté à la 11e compagnie.

    En premières lignes à Beaumont-Hamel (Somme) le 11 décembre 1914. Passé agent de liaison au 3e bataillon (commandant Chicot) en mars 1915. A participé à l'attaque de Touvent (Oise) en juin 1915. Toujours comme agent de liaison a participé à l'attaque de Champagne le 25 septembre 1915. A été nommé caporal faisant fonction d'adjudant de bataillon le 27 septembre 1915. Cité à l'ordre de la division le 30 septembre 1915.

    Nommé sergent faisant fonction d'adjudant de bataillon le 21 octobre 1915. A ce poste, a participé à la bataille de Verdun en juin 1916 aux abords de la ferme de Thiaumont (Meuse). En octobre secteur du général Mangin. En décembre à Douaumont (Meuse). Ravin de la Mort face aux Jumelles d'Ornes. Cité à l'ordre de la brigade le 29 décembre 1916.

    Janvier 1917, occupation du secteur de la plaine de Woevre, près de Fort de Vaux (Meuse). Occupe les fonctions d'adjudant de bataillon (3e bataillon) jusqu'en octobre 1917 (commandant de Blois, adjoint Lattre de Tassigny). A été détaché pendant quelques mois au service de renseignements sous les ordres du lieutenant Tapon.

    Passé à la 10e compagnie dans la section du lieutenant Fabius, a participé le 18 janvier 1918 à une patrouille de 24 heures sur l'Ailette. Cité à l'ordre de la division le 21 janvier 1918.

    A l'attaque allemande sur le Chemin des Dames (Aisne) le 27 mai 1918, a été chargé comme chef de section de défendre l'éperon nord dans le cimetière de Pargny-Filain. A été blessé au début de la matinée du 27 mai. Pansé au PC de la 10e compagnie commandée par le lieutenant de Lassus. A été fait prisonnier au PC du colonel Lafouge aux Creutes Rouge-Maison (Aisne).

    Interné à Hamelm (Hanovre) est resté un mois au lazaret de ce camp. S'est occupé pendant plusieurs mois de la répartition des colis de la Croix rouge aux prisonniers.

    A quitté le camp le 17 décembre 1918. A rejoint par ses propres moyens le poste français de Mayence -rive gauche du Rhin) le 19 décembre 1918. A été rapatrié par train militaire à Nantes, caserne du 65e régiment d'infanterie, le 23 décembre 1918.

    Après congé a réintégré la caserne du 93e RI à La Roche-sur-Yon en janvier 1919. A été chargé de la mise en route et du service des décorations posthumes jusqu'à sa libération le 9 septembre 1919. Affecté dans les réserves du 57e régiment d'infanterie à Rochefort (Charente-Maritime).

    A participé au défilé de la Victoire le 14 juillet 1919 à Paris à la garde du drapeau. Cité à l'ordre de l'armée le 26 avril 1919. Médaillé militaire en 1919 après sa libération (avec pension). N'a pas été mobilisé en 1939 car il avait trois enfants.

Dernier grade

Sergent

nommé le 20 octobre 1915

Conflits et campagnes

Conflits
  • 1914-1918 : Première Guerre mondiale
Campagnes et batailles
  • 1916 : Bataille de Verdun
  • 1917 : Bataille du Chemin des Dames
Faits d'armes

Cité à l'ordre de la division n° 85 le 30 septembre 1915 : "Agent de liaison au chef de bataillon à l'attaque de Champagne a coopéré à la défense d'un entonnoir soumis à un feu violent et à maintes fois porté des ordres et est allé chercher des renseignements sous une violente fusillade".

Cité à l'ordre de la brigade n° 71 le 29 décembre 1916 : "Sous-officier énergique et dévoué. Pendant la période du 18 au 25 décembre 1916 et sous un bombardement violent et continu s'est dépensé sans compter pour assurer le ravitaillement des premières lignes dans un secteur non encore organisé".

Cité à l'ordre de la division le 21 janvier 1918 : "Sous-officier intelligent, ayant beaucoup d'initiative. A passé la journée du 18 janvier entre les lignes afin de surprendre des indices sur l'organisation ennemie. N'a regagné nos positions qu'après avoir pris part volontairement à une patrouille audacieuse entreprise pour contrôler les observations du jour".

Cité à l'ordre de l'armée n° 16.501-D le 26 avril 1919 : "Sous-officier d'un courage et d'une énergie peu commune. Lors de l'attaque allemande du 27 mai 1918, commandant un poste de première ligne et l'un des points les plus violemment battus du front, a exécuté à la lettre l'ordre de tenir jusqu'au sacrifice. Complètement entouré par l'ennemi et, grièvement blessé, n'a été pris avec ses hommes qu'au bout de deux heures de lutte. Trois citations antérieures."

Carrière ecclésiastique

Vie politique

Vie artistique et littéraire

Vie sociale

Ordres de chevalerie

  • Chevalier de la Légion d'honneur

    Date de réception : 05 juin 1957

    Journal officiel du 8 juin 1957

Distinctions

  • Distinctions honorifiques françaises
    • Croix de guerre 1914-1918

      2 étoiles d'argent, 1 étoile de bronze, 1 palme

    • Médaille militaire

      Date de réception : 16 mars 1921

      Médaillé militaire à compter du 16 juin 1920. Décision ministérielle du 16 mars 1921, journal officiel du 13 avril 1921

Relations

Références


Nous écrire