Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire historique des Vendéens

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Waitzenegger, Balthasar

imprimer la notice complète

Notice rédigée par : Gaufreton

Données identitaires

Identité

homme

Autres Noms

  • Waitzenegger, Balthazar, variante patronymique
  • Waitzen-Necker, Balthazar, pseudonyme
  • Waitzen-Necker, Balthasar, pseudonyme

Naissance, Filiation et Décès

Naissance

le 12 février 1836

à Brumath (Bas-Rhin, France)

Enfant naturel non reconnu

Filiations
  • Waitzenegger, Marie, Madeleine, degré : Mère

    Originaire du bailliage de Tuttlingen (Royaume de Wurtemberg)

Décès

le 04 novembre 1869

à Luçon (Vendée, France)

Qualité(s) ou fonction(s) principale(s)

Qualité principale :

Artiste

Qualité secondaire :

Enseignant

Lien vers un instrument de recherche

Notice biographique

Notice biographique

Enfant adopté par une famille d'Haguenau, il débute précocément à l'école municipale de violon, puis il prend ses premières leçons d'orgue auprès d'Ignace Andlauer, l'organiste de l'église Saint-Georges d'Haguenau.

Boursier du diocèse de Strasbourg[1], il intègre à Paris l'Ecole de musique religieuse et classique, fondée et dirigée par Louis Niedermeyer.

Il inaugure le 9 mai 1856, l'orgue de tribune de la nouvelle église parisienne Saint-Eugène, et devient le premier titulaire de l'orgue Cavaillé-Coll de la cathédrale de Luçon*, dédicacé le 23 décembre 1857, date qui scelle son installation en Vendée.

Auteur de musique notée profane et sacrée, B. Waitzenegger composa et enseigna dans sa ville d'adoption avec toute la rigueur et la passion alliées à une solide culture musicale, tout en développant ses ambitions pour la manécanterie[2].

Il meurt à 33 ans quelques mois après Lamartine qu'il admirait et dont il mit en musique quelques uns des poèmes (Le Vallon, La Prière de femme, La Semaine sainte, L'Insecte ailé, Le Liseron).

 

* dont le cloître et le palais épiscopal devaient beaucoup aux travaux de restauration de son compatriote l'architecte diocésain Emile Boeswillwald (1815-1896).

[1]
p. 5 in J. Prim, 1969, centenaire de Balthasar Waitzen-Necker, 1836-1869, organiste et compositeur romantique, Paris, 1969, 12 p.  
[2]
Projet de reconstitution de "la Maîtrise", soumis à la commission, à M. le Directeur et à MM. les élèves de l'École de musique religieuse, par B. Waitzen-Necker et A. Dézamy, Luçon, 1867, in-8°, 40 p.  

Vie civile

Vie militaire

Carrière ecclésiastique

Vie politique

Vie artistique et littéraire

Activités Artistique

  • Musicien, chanteur

    Principales oeuvres

    Compositeur de musique pour piano :

    L'Automne, Louise, Sérénade

    Ave Maria[1] à une voix pour orgue ou piano

    La Prière de femme ! harmonie poétique, d' A. de Lamartine, musique de Waitzen-Necker, in-fol., Paris, 1859 

    Le Vallon ! Méditation poétique, d' A. de Lamartine, musique de Waitzen-Necker, in-fol., Paris, 1859

    La Semaine sainte ! Méditation pour basse ou baryton, poésie d' A. de Lamartine, musique de Waitzen-Necker, in-fol., Paris, 1862

    La Fée Mélusine, polka-mazurka pour piano par Waitzen-Necker, in-fol. Paris, 1864

    Lamentations ! mélodie pour voix de basse, avec accompagnement de piano, poésie de Charles Palliot, musique de Waïtzen-Necker, in-fol., Paris, 1864

    L'Insecte aîlé ! harmonie pour soprano ou tenor, poésie d' A. de Lamartine, musique de Waitzen-Necker, in-fol., 1865 

    Le Liseron ! mélodie pour soprano ou ténor, poésie d' A. de Lamartine, musique de Waitzen-Necker,, in-fol., Paris, 1866

    [1]
    Musique de Balthazar Waitzen-Necker, Paris, 1859, arrangement de Jean Prim pour voix de soprano avec accompagnement de piano, 4 p.  

    Vie sociale

    Relations

    Références


    Nous écrire