Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire historique des Vendéens

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Rogues, Michel

imprimer la notice complète

Notice rédigée par : J. Artarit

Fait partie de : Dictionnaire du clergé vendéen, XIIIe-milieu XXe siècle

Données identitaires

Identité

homme

Naissance, Filiation et Décès

Naissance

le 27 septembre 1729

à La Jonchère (Haute-Vienne, France)

Filiations
  • François, degré : Père, profession : Propriétaire terrien ou rentier

    Exerce le métier de : propriétaire

  • Ducondier, Simone, degré : Mère

Décès

le 26 décembre 1804

à Fontenay-le-Comte (Vendée, France)

Qualité(s) ou fonction(s) principale(s)

Qualité principale :

Ecclésiastique

Circonstances historiques

Contexte historique
  • 1789-1799
Qualité liée à un contexte historique exceptionnel
  • Prêtre réfractaire

Notice biographique

Notice biographique

Michel Rogues (° *La Jonchère (87), 27 septembre 1729 - + *Fontenay-le-Peuple, 5 nivôse an XIII [26-12-1804]).

Fils de François Rogues sieur de Lavaud, « bourgeois » (1702 - La Jonchère (87), 28 octobre 1756) et de Simone Decoudier de Mazet (1702 - La Jonchère (87), 18 août 1767), mariés à Saint-Etienne de Fursac (23), en 1726.

Parrain, à La Jonchère (87), le 17 juillet 1739, de son frère, François Michel Rogues, ordonné en 1764, curé de Séreilhac (87), réfractaire, déporté, décédé à la Jonchère le 14 avril 1814.

Religieux de l’abbaye de Grandmont en Limousin (supprimée en 1772). Prise d’habit le 16 juillet 1752. Profession le 22 juillet 1753.

A Réaumur de décembre 1770 à janvier 1773, signe « prêtre », puis « vicaire de Réaumur ». Remplace Vergès curé de Lairoux pendant son absence en 1773. Vicaire à Saint-Jean de Fontenay en 1779 et aumônier de l’Hôtel Dieu dès 1775.

Contribution patriotique en 1790 : 250 livres. Refus du serment, est destitué de ses fonctions d’aumônier de l’Hôtel-Dieu, par le Département le 21-05-1792 (RDM, 29/46 - contrairement à ce qu’écrit Bitton, qui écrit 1791, RBP 1889, p. 385).

Interné à Fontenay. A l’Hôtel Dieu en mars 1793, avec Rodier (le chanoine), Biaille du Clos, Guyard et Domergue, reçoit 365 livres de secours le 04-04-1793 (n° 9), le 25 mars est transféré à la maison d’arrêt. Détenu au couvent Notre-Dame en novembre 1794. Le 19-08-1795, déclare qu’il désire exercer « le culte de l’église catholique apostolique et romaine ».

A Fontenay-le-Peuple, où la municipalité le 07-10-1797, ordonne sa réclusion, en même temps que celle du prêtre Moreau, dans l’ex-couvent Notre Dame, mais devant les certificats médicaux produits, l’en dispense. En novembre 1797, est dit : « 67 ans, infirme, on ne lui reproche rien ». Dispensé de la déportation en 1798, reste à Fontenay en liberté. Semble toujours exercer à l’hôpital en décembre 1800, d’après Mercier du Rocher.

A son décès est dit : « Prêtre, ci devant aumônier de l’Hôtel-Dieu, 75 ans passés ».

Vraisemblablement de la famille du psychiatre Rogues de Fursac (1872-1941).

Notice rédigée par Jean Artarit

Vie civile

Vie militaire

Carrière ecclésiastique

Clergé catholique régulier

Nom de l'ordre : Ordre de Grandmont (Grandmontains)

Type de vie religieuse : monastique

Nom de l'établissement (communautés contemplatives) : Diocèse de Rouen

Ministère

  • Vicaire

    Date de début : janvier 1771

    Lieu : Réaumur (Vendée, France)

  • Fonction non précisée

    Date de début : janvier 1773

    Date de fin : avril 1773

    Lieu : Lairoux (Vendée, France)

    Desservant
  • Aumônier

    Date de début : mai 1775

    Lieu : Fontenay-le-Comte (Vendée, France)

    Aumônier de l'Hôpital

Vie politique

Vie artistique et littéraire

Vie sociale

Relations

Références


Nous écrire