Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire historique des Vendéens

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Pezot, Luc

imprimer la notice complète

Notice rédigée par : Gaufreton

Données identitaires

Identité

homme

Naissance, Filiation et Décès

Naissance

le 03 avril 1710

à Sables-d'Olonne, Les (Vendée, France)

Filiations
  • Pezot, Luc, degré : Père, profession : Métier de la finance et de l'impôt

    Receveur des tailles de l'élection des SablesMort en 1732, fils de Pierre Pezot et Marie Goujon, alliée à Jean Goujon receveur des tailles de l'élection des Sables, puis receveur général alternatif à Metz.

  • Ruchaud, Elisabeth, degré : Mère

Décès

le 28 octobre 1794

à Sables-d'Olonne, Les (Vendée, France)

Qualité(s) ou fonction(s) principale(s)

Qualité principale :

Entrepreneur, négociant, industriel, financier

Qualité secondaire :

Magistrat, officier public ou ministériel

Armes et cachets

pezot_armes.jpg

pezot_armes.jpg


Ordonnance du 26 novembre 1700, Généralité de Poitiers, Election des Sables, reg. I, n° 151 [1]

[1]
B.N.F. Ms. Fr. 28739 (P.O. 2255) Pezot 51107  

Notice biographique

Notice biographique

Luc Pezot, riche receveur de la taille au bureau principal des Sables, jusqu'en 1792, et longtemps échevin de sa ville natale est élu maire de la cité portuaire en mai 1766, mais il préfère décliner la fonction[1].

Il développa de 1747 à 1752 l'industrialisation de la conserverie de la sardine grâce au pressage et au salage en pile, et arma plusieurs navires pour les campagnes de Terre-Neuve, dont La Nouveauté, un deux-mâts de 150 tonneaux, lancé avec son compatriote Gronneau à la mi-mars 1767[2].

André Collinet[3] le décrivit ainsi :"Il était manchot de la main droite, grand, bel homme, bien constitué, mais avare, dur, n'ayant jamais rendu de service qu'avec un intérêt sordide, il n'a jamais fait d'heureux. Il n'a point d'amis. Il est mort sans être regretté."

Sur son terrain de la Goujonne à Olonne, Pezot édifia sur les plans de Nicolas Ducret, une maison de maître élevée de 1774 à 1777. Son domaine de Pierre-Levée[4] sera, en 1789, cédé en viager au notaire Louis Jacques Fayau.

Pezot meurt rue de la Liberté, le 7 brumaire de l'an 3, laissant "une succession d'environ un million[5]", après avoir contibué pour 200£ au don patriotique de 1789, tout en en prêtant 1000£.

[1]
Archives de la Vendée, AC 194 20, P. V. n° 132  
[2]
La Gazette du Commerce, n° 26, Paris, 31 mars 1767, p. 3 b  
[3]
Abbé Renolleau in Olona, n° 83, Les Sables-d'Olonne, 3ème trim. 1977, pp. 4-6  
[4]
Paul Aimé, Le château de Pierre-Levée, 1997  
[5]
Archives de la Vendée, 144 AJ 15, p. 84  

Vie civile

Vie militaire

Carrière ecclésiastique

Vie politique

Vie artistique et littéraire

Vie sociale

Relations

Relations

Références


Nous écrire