Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire historique des Vendéens

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Le Roux de Bretagne, Charles Ignace Joseph

imprimer la notice complète

Notice rédigée par : Archives de la Vendée

Données identitaires

Identité

homme

Autres Noms

  • Bretagne, Charles de, nom ou prénom usuel

Titre : écuyer

Naissance, Filiation et Décès

Naissance

le 08 avril 1838

à Douai (Nord, France)

Filiations
  • Le Roux de Bretagne, Auguste, degré : Père

  • Dubois, Joséphine, degré : Mère

Décès

le 21 mars 1907

à Saint-Vincent-sur-Graon (Vendée, France)

Notice biographique

Notice biographique

(°Douai (Nord), 08-04-1838 - Saint-Vincent-sur-Graon, 21-03-1907).

Fils de Auguste Le Roux de Bretagne et de Joséphine Dubois.

Le 8 janvier 1873, à Saint-Vincent-sur-Graon, Charles de Bretagne, veuf d'Antoinette Marie Albérique de Bizemont (1843-1866, *1865), épouse Marie Radégonde Gabrielle Ranfray de la Bajonnière (Saint-Vincent-sur-Graon, 17-10-1844 - id, 22-10-1922), dont les parents, Joseph Edmond et Marie Mathilde Levesque de Puyberneau, ont acheté en 1843 le domaine de la Bijoire.

Charles est le cadet de sa famille installée dans le nord de la France à Douai. Il suit sa femme en Vendée et demande à un architecte local, Guillerot, de lui faire un projet d’agrandissement du logis existant. Les projets ne le satisfont pas et il décide de faire raser le logis et de faire édifier à la place un château de style flamand qui lui rappelle celui de son enfance. Les travaux sont terminés en 1875.

Charles de Bretagne sera le fondateur du syndicat agricole des Moutiers-les-Mauxfaits en 1884, puis il fondera et présidera le puissant Syndicat des agriculteurs de la Vendée. Comme ailleurs, les élites vendéennes se sont ainsi impliquées dans le premier essor du syndicalisme agricole. Il s’agit d’impulser une amélioration des exploitations agricoles, afin de répondre aux aspirations d’une frange croissante de la paysannerie, tout en en contrôlant les modalités et en s’opposant à la concurrence des milieux républicains. Forte de sa puissance foncière, de ses ressources financières et d’un important réseau de sociabilité, elle peut impulser un ensemble de services économiques et financiers qui la consacre comme un acteur majeur du développement des campagnes [1]. Le Syndicat des agriculteurs de la Vendée distribue à ses membres dès 1889 un bulletin (Arch. dép. Vendée, 4num460).

Charles sera maire de Saint-Vincent-sur-Graon de 1900 à sa mort.

[1]
Claude-Isabelle Brelot, « Le syndicalisme agricole et la noblesse en France de 1884 à 1914 », Cahiers d’Histoire, t. XLI, n° 2, 1996, p. 199-218.  

Vie civile

Autre activité ou profession

  • Propriétaire terrien ou rentier

    Date de début : 1873

    Date de fin : 1907

    Lieu : Saint-Vincent-sur-Graon (Vendée, France)

Vie militaire

Carrière ecclésiastique

Vie politique

Fonction représentative ou mandat

  • Maire

    Circonscription : Saint-Vincent-de-Graon, Vendée

    Date de début : 20 mai 1900

    Date de fin : 21 mars 1907

    Règne ou régime : Troisième République (1870-1940)

    Entré au conseil municipal en 1888, élu maire en mai 1900, réélu en 1904 jusqu'à son décès.

Vie artistique et littéraire

Vie sociale

Relations

Références


Nous écrire