Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire historique des Vendéens

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

La Villemarais, Pierre Mathieu Nicolas de

imprimer la notice complète

Notice rédigée par : J. Artarit, J. Rivière

Fait partie de : Dictionnaire du clergé vendéen, XIIIe-milieu XXe siècle

Données identitaires

Identité

homme

Autres Noms

  • Lavillemarais, Pierre Mathieu Nicolas de, variante patronymique

Naissance, Filiation et Décès

Naissance

le 27 mai 1743

à La Rochelle (Saint-Barthélémy) (Charente-Maritime, France)

Filiations
  • Mathieu Nicolas, degré : Père, profession : Métier de la mer et du littoral

    Exerce le métier de : capitaine de navire

  • Robert, Marie Marguerite, degré : Mère

Décès

le 03 janvier 1818

à Longèves (Charente-Maritime, France)

Qualité(s) ou fonction(s) principale(s)

Qualité principale :

Ecclésiastique

Circonstances historiques

Contexte historique
  • 1789-1799
Qualité liée à un contexte historique exceptionnel
  • Prêtre assermenté

Notice biographique

Notice biographique

Pierre Mathieu Nicolas La Villemarais

(° *La Rochelle [Saint-Barthélemy], 27-05-1743 - + *Longèves (17), 03-01-1818).

Fils de Mathieu Nicolas La Villemarais, capitaine de navire, originaire de Pont-l’Abbé, et de Marie Marguerite Robert, originaire d’Aix-en-Provence. Parrain, Pierre Bonfils, capitaine de navire, marraine : Charlotte de La Ville, de la Petite Rivière, quartier de l’Artibonite, Isle de Saint-Domingue. Nicolas de La Villemarais, capitaine de L’Africain, participe au commerce négrier dans les années 1741, 1743 (400 noirs amenés d’Afrique à Leogane - Saint-Domingue), 1747, 1755. Huit naissances à Saint-Barthélemy de 1741 à 1754.

Un frère : (Robert) Barthélemy Nicolas La Villemarais (né en 1746), avocat, juge garde de la Monnaie de La Rochelle, sera secrétaire de l’Académie de La Rochelle de 1778 à 1832.

Un autre frère, Augustin Benjamin Nicolas de La Villemarais (né en 1751 - Pierre Mathieu est son parrain), officier de marine, est tué sur l’Hermione en 1780, pendant la guerre d’Indépendance, il est enterré à New-Port.

Un Villemarais, naturaliste, est cité par Buffon. Voir le bel hôtel familial (16e-18e siècle), 4 rue de l’Escale à La Rochelle (toiture en forme de navire).

Séminaire de La Rochelle. Publie : « Eloge de M. Macé supérieur du séminaire de la Rochelle, mort à Rochefort, le 9 décembre 1768 ». Prêtre en 1770.

Célèbre [signature « La Villemarais prêtre »] à la Rochelle, paroisse Saint-Barthélemy, le 15-11-1773, le mariage de sa sœur Gabrielle Esther Nicolas de la Villemarais (née en 1752), fille mineure de Mathieu Nicolas de la Villemarais, conseiller du roi, juge, garde en la monnaye, et de Marie Marguerite Robert avec Antoine Dumeslier, avocat à Montmorillon.

Desservant de Challais de mai 1776 à juin 1778.

Curé de Sainte-Radegonde-la-Vineuse en juillet 1778. Jugement élogieux de Dangirard (Journal, p. 191). Publications littéraires diverses à Fontenay, dont une traduction « libre » d’Horace en 1790 et un « Poème à la mémoire du prince de Brunswick », cité par l’Almanach des Muses, en 1787. Représenté à Poitiers, en mars 1789, par Louis René Dumont, chanoine de Sainte-Radegonde de Poitiers.

Assermenté. Élu curé constitutionnel de Longèves (17), le 31-03-1791, par les électeurs du district dans l’église Saint-Sauveur de La Rochelle ; ne prend pas son poste. Prié par la municipalité de Fontenay-le-Comte, le 28 avril 1791, de prononcer l’éloge funèbre de Mirabeau, lors du service qui doit avoir lieu, le 4 mai, dans l’église Saint-Nicolas de la ville [le discours est en réalité prononcé par Esnard, membre de la société des Amis de la Constitution]. Remet le registre de catholicité de la paroisse à la municipalité le 25-11-1792.

Officier public en frimaire an II, signe : N. Villemarais. Le 18 frimaire an II, écrit de Sainte-Radégonde, en faveur de deux habitants de la commune, Marot et Guilloteau, arrêtés car ils avaient été « nommés forcément (sic), syndic et commandant par les brigands ».

Abdicataire le 3 messidor an II [21-06-1794], mais dit avoir cessé ses fonctions le 4 germinal an II. « Ses lettres sont brûlées devant les yeux de l’Administration ». A Sainte-Radégonde-la-Vineuse en l’an III. Pensionné en l’an V. Vient s’établir à Longèves (17 ; à ne pas confondre avec Longèves en Vendée). Se dit « prêtre patriote », maire de Longèves quelques temps.

Au concordat, desservant de Longèves paroisse de la Charente-Inférieure, où il meurt « curé de Longèves, décédé dans sa chambre près l’église ».

Notice rédigée par Jean Artarit (mise à jour le 17-04-2020)

Vie civile

Vie militaire

Carrière ecclésiastique

Clergé catholique séculier

Date d'ordination sacerdotale : 1770

Ministère

  • Vicaire

    Date de début : mai 1776

    Date de fin : juillet 1778

    Lieu : Challais (Vendée, France)

  • Curé

    Date de début : juillet 1778

    Date de fin : 21 juin 1794

    Lieu : Sainte-Radégonde-la-Vineuse (Vendée, France)

  • Desservant

    Date de début : 24 août 1802

    Date de fin : 03 janvier 1818

    Lieu : Longèves (Charente-Maritime, France)

Vie politique

Vie artistique et littéraire

Vie sociale

Relations

Références


Nous écrire