Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire historique des Vendéens

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Joguet, Louis Marie Eugène

imprimer la notice complète

Notice rédigée par : Archives de la Vendée

Fait partie de : Dictionnaire des combattants vendéens de la Grande Guerre

Données identitaires

Identité

homme

Portraits
1num431_lot32_0004.jpg

1num431_lot32_0004.jpg


Louis Joguet en tenue vétérinaire (à gauche) entouré de maréchaux et infirmiers au dépôt d'Héricourt en Haute-Saône en 1918 (Arch. dép. Vendée, 1Num431-lot 32. Collecte 14-18, prêt)

Naissance, Filiation et Décès

Naissance

le 30 juin 1880

à Bournezeau (Vendée, France)

Filiations
  • Joguet, Louis, degré : Père, profession : Métier de l'accueil, de l'hôtellerie et de la restauration

  • Bardet, Marie, degré : Mère, profession : Métier de l'accueil, de l'hôtellerie et de la restauration

Décès

le 30 septembre 1966

à Bournezeau (Vendée, France)

Circonstances historiques

Contexte historique
  • Seconde Guerre mondiale
Qualité liée à un contexte historique exceptionnel
  • Résistant

Lien vers un instrument de recherche

Autres Illustrations

1num431_lot17_0007.jpg

1num431_lot17_0007.jpg

1num431_lot17_0008.jpg

1num431_lot17_0008.jpg


"Les chiens de l'Alaska commencent leur service. Je t'en ai déjà parlé, on les emploie pour tirer les traîneaux"

Extrait d'une lettre envoyée par Louis Joguet à sa femme le 21 novembre 1916 alors qu'il se trouve dans les Vosges où les sentiers sont impraticables à cause de la neige (Arch. dép. Vendée, 1Num431-lot 17. Collecte 14-18, prêt)

Notice biographique

Notice biographique

Louis Joguet naît le 30 juin 1880 à Bournezeau, de Louis et Marie Bardet, tous deux aubergistes dans la commune. Fils unique, il se destine au métier de vétérinaire et entame des études à l'ecole d'agriculture de Pétré (promotion 1893-1895), qu'il poursuit à l'Ecole nationale vétérinaire d'Alfort (Val-de-Marne). Il en sort diplômé en 1904 et décide de revenir à Bournezeau pour créer sa clientèle.

Le 25 septembre 1905, il épouse Louise Gauffriau une jeune fille de la commune âgée de 20 ans. Le couple est connu et bien installé à Bournezeau, ce qui permet un développement rapide du cabinet vétérinaire. Louis s'occupe des animaux des agriculteurs du village et des communes environnantes ; il élève également des bêtes qu'il revend par la suite à la foire ou à ses clients. Sa femme l'assiste dans son commerce et gère toute la partie administrative (commandes de médicaments, notes à envoyer…), elle possède également des terres qu'elle loue à des métayers. Les époux Joguet ont le désir de fonder une famille, mais ne parviennent pas à avoir d'enfants. Avant la guerre, ils accueillent dans leur foyer un jeune garçon du nom de Gabriel Cornu [un cousin de Louise ?] né en 1910 aux Pineaux-Saint-Ouen qui restera plusieurs années sous leur toit. 

Louis n'effectue pas son service militaire et est ajourné pour faiblesse en 1901. Le 21 novembre 1914, il est classé service armé par la commission de réforme de Fontenay-le-Comte et se retrouve affecté au 51e régiment d'artillerie en tant que vétérinaire-auxiliaire. Il devient vétérinaire aide-major de 2e classe le 11 août 1916 puis vétérinaire aide-major de 1ère classe le 11 août 1918, avant de passer " hors-cadre " pour raisons de santé. Il est mis en congé illimité de démobilisation le 22 mai 1919 et se retire à Bournezeau où il reprend son activité professionnelle jusqu'au 1er janvier 1946.

Son engagement politique est également marqué : radical-socialiste, il est élu maire de Bournezeau en 1933 et le restera pendant 26 ans. A la fin de la Seconde Guerre mondiale, il préside le Comité départemental de Libération de Vendée (CDL). 

Louis Joguet préside aussi l'Amicale des Ancien élèves de l'école d'agriculture de Pétré dès 1936 et jusqu'à 1965 (il organisera en 1937 le cinquantenaire de l'école et accueillera à Pétré Mr Monnet Ministre de l'Agriculture ; il présidera '' le réveil''  le 8 mai 1965) [1].

Louis Joguet décède le 30 septembre 1966 à Bournezeau.

[1]
Informations sur l'engagement de Joguet dans l'amicale des anciens élèves de Pétré fournies par Jean-Michel Martin le 14-01-2016 d'après les archives de l'association.  

Vie civile

Emploi public

  • Membre du comité départemental de Libération

    Date de début : septembre 1944

    Lieu : (Vendée, France)

    Règne ou régime : Gouvernement provisoire et Quatrième République (1944-1958)

Autre activité ou profession

  • Métier de la santé

    Date de début : 1904

    Lieu : Bournezeau (Vendée, France)

    Médecin-Vétérinaire

Vie militaire

Service

Date de début : 14 décembre 1914

Date de fin : 25 décembre 1932

Louis Joguet est ajourné en 1901 pour faiblesse.

Classe : 1900

N° matricule : Fontenay-le-Comte, n°671

Armes et services des armées

  • Artillerie

    Date de début : 14 décembre 1914

    Date de fin : 02 novembre 1915

    Suite à la déclaration de guerre en 1914, Louis Joguet est classé service armé par la commission de réforme de Fontenay-le-Comte du 21 novembre 1914 et se trouve affecté au 51e régiment d'artillerie. Il arrive au corps le 14 décembre 1914 et est nommé vétérinaire-auxiliaire de réserve le 1er janvier 1915.

     

  • Infanterie

    Date de début : 03 novembre 1915

    Date de fin : 22 mai 1919

    Il rejoint la 102e division d'infanterie territoriale en novembre 1915 mais celle-ci est dissoute quelques mois plus tard en mai 1916. Louis est alors affecté au 8e régiment de chasseurs, escadron détaché à la 46e division d'infanterie. Il est nommé vétérinaire aide-major de 2e classe le 11 août 1916 et passe au 4e bataillon territorial de chasseurs alpins le 22 août. En février 1917, il obtient un poste plus stable dans un dépôt de chevaux malades en Franche-Comté. Nommé vétérinaire aide-major de 1ère classe le 11 août 1918, il passe hors-cadre pour raisons de santé par décision ministérielle du 14 septembre 1918. Il est mis en congé illimité de démobilisation le 22 mai 1919 par la direction du service vétérinaire de la 11e région et se retire à Bournezeau. 

  • Train

    Date de début : 19 juin 1922

    Date de fin : 16 décembre 1924

    Après la guerre, Louis est réintégré dans les cadres et affecté au 11e escadron de train le 19 juin 1922. 

  • Artillerie

    Date de début : 17 décembre 1924

    Date de fin : 17 février 1927

    Il passe au 9e régiment d'artillerie de campagne puis au 8e régiment d'artillerie divisionnaire par décision ministérielle du 11 septembre 1925 et enfin au 163e régiment d'artillerie à pied le 24 avril 1926. 

  • Train

    Date de début : 18 février 1927

    Date de fin : 25 décembre 1932

    Louis retourne au 11e escadron de train par décision ministérielle du 18 février 1927. Il est nommé vétérinaire-capitaine par décret du 21 décembre 1932 et est maintenu dans son affectation actuelle. 

Conflits et campagnes

Conflits
  • 1914-1918 : Première Guerre mondiale

Carrière ecclésiastique

Vie politique

Fonction représentative ou mandat

  • Maire

    Circonscription : Bournezeau, Vendée

    Date de début : 1933

    Date de fin : 1959

Vie artistique et littéraire

Vie sociale

Relations

Relations

  • Causel, Louis Antoine Charles

    Nature de la relation : relation chronologique

    Louis Antoine Charles Causel et Louis Joguet se fréquentent à l'école d'agriculture et de laiterie de Pétré. Ayant subi avec succès l'examen d'admission, ils se partagent en 1897 une bourse départementale vacante [1]

[1]
Rapports et délibérations du Conseil général de la Vendée, session du 28-04-1897, p.16  

Références


Nous écrire