Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire historique des Vendéens

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Jahan, René Etienne

imprimer la notice complète

Notice rédigée par : J. Artarit, Louis-Marie Caillaud

Données identitaires

Identité

homme

Naissance, Filiation et Décès

Naissance

le 1734

à Herbiers, Les (Vendée, France)

Est dit âgé de 71 ans en septembre 1805, mais aucun registre n'est conservé pour 1734 aux Herbiers [1]

Filiations
  • Catherine Maraud, degré : Mère

  • René Henry Jahan, degré : Père, profession : Métier de la santé

    apothicaire

Décès

le 19 novembre 1805

à Herbiers, Les (Vendée, France)

Qualité(s) ou fonction(s) principale(s)

Qualité principale :

Homme ou femme politique

Qualité secondaire :

Médecin

[1]
Arch. dép. Vendée, Les Herbiers, NMD an XII-an XIII, vue 140  

Notice biographique

Notice biographique

René Etienne Jahan

 

*Né aux Herbiers en 1734 [pas de registre]. Fils de René Henry Jahan (fils de Louis Jahan, apothicaire et chirurgien juré, mort à Mortagne-sur-Sèvre, à 82 ans, le 27 juin 1746), apothicaire, chirurgien, procureur fiscal (1700-1772), et de Catherine Maraud (1696-1773).

 

Un frère : Louis Henri Damien Jahan, né en 1727, prêtre, décédé à Mortagne le 4 juin 1788.

 

Une sœur : Louise Madeleine, Aimée Jahan, née aux Herbiers en 1728, décédée célibataire à Sully-sur-Loire, le 10 mars 1812.

 

Un frère : Jean Louis Barthélemy Jahan, dit de la Chesne, né aux Herbiers le 24 août 1729, médecin installé à Sully-sur-Loire, marié à Pierrette Bernard de la Juberdière, décédé à Sully, le 7 mars 1815 (déclaration de son neveu René Henri Jahan, docteur en médecine).

 

Une sœur : Charlotte Rose Rosalie Jahan, née aux Herbiers en 1730, décédée célibataire, à Sully-sur-Loire, le 16 fructidor an X (3 septembre 1802).

 

Chirurgien de marine de Brest, navigation à Saint-Domingue.

 

Etude de médecine à Paris, puis obtient son doctorat (1763 ?) à Reims.  

 

Marié vers 1775 à Louise Rose Prudence Hersant (1747-1803), née à Thouars (acte non retrouvé), décédée aux Herbiers, à 56 ans, le 23 floréal an XI (13-05-1803). Un frère Etienne Hersant installé à Saint-Domingue. Peut-être de la famille de Chauvin-Hersant conventionnel des Deux-Sèvres. Des biens à Saint-Hilaire-sur-l’Autise.

 

Est choisit comme parrain de Madelaine Agathe Morand le 23-12-1768 à Ardelay, marraine Louise Magdelaine Aimée Jahan [1], et de Marie Catherine Fortin le 25-03-1779 aux Epesses, marraine Charlotte Rose Rosalie Jahan [2]

 

Le 27 novembre 1772, aux Herbiers, sépulture de René Henri Jahan, environ 72 ans, « procureur fiscal de cette châtelainie et maitre chirurgien », en présence de nombreux prêtres, de son frère Etienne Jahan, curé de Mortagne-sur-Sèvre et de ses fils : Louis Jahan, vicaire de Saint-Michel-Mont-Mercure, et Etienne Jahan, « docteur médecin ».

 

Le 23 octobre 1773, aux Herbiers, à la sépulture de Catherine Maraud, 77 ans, veuve de René Henri Jahan, chirurgien et procureur fiscal, sont présents ses fils (Louis) Jahan, vicaire de Saint-Michel-Mont-Mercure, et Etienne Jahan « docteur médecin ».

 

Le 30 octobre 1773, aux Herbiers, René Etienne Jahan « de Laudonnière », docteur médecin, est présent à la sépulture de sa tante, Charlotte Rose Jahan, veuve Chevallier, en même temps que son oncle Etienne Jahan, curé de Mortagne, et de son frère Louis Henri Jahan, vicaire de Saint-Michel-Mont-Mercure.

 

Le 17 avril 1775, à Mortagne, il est présent (est dit « docteur en médecine ») à la sépulture de son oncle, (René) Etienne Jahan, 70 ans, curé de Mortagne depuis 1738 ; est également présent son frère, Louis (Henri Damien) Jahan, vicaire de Saint-Michel-Mont-Mercure.

 

Le 8 janvier 1777, aux Herbiers, naissance de son fils, René Henri Jahan : thèse de médecine à la Faculté de Paris, le 9 fructidor an XII, 27 août 1804 (ami de Benjamin Clemenceau (né à Mouchamps, à côté des Herbiers, en 1777), grand-père du Tigre - ils passent leur thèse à Paris le même jour). Exercera près de son oncle à Sully-sur-Loire, où il décède le 15 juillet 1850. Il aura un fils, Louis Henri Auguste Jahan, né en 1811, qui avocat sera un homme politique de droite sous le Second Empire, maître de requête, conseiller d’état, officier de la Légion d’Honneur, puis, après 1870, sénateur et président du Conseil général du Loiret, toujours bonapartiste (Voir site du Sénat et base Léonore). Avait un autre fils, officier.

 

1779, il est chargé de venir en aide aux malades de la dysenterie.

 

Le 3 octobre 1779, aux Herbiers, naissance de Rose Louise Jahan.

 

1er janvier 1781, aux Herbiers, naissance de Geneviève Jahan.

 

Le 4 juin 1788, à Mortagne, est présent à la sépulture de son frère Louis Henri Damien Jahan, ex-vicaire de Saint-Michel-Mont-Mercure, environ 61 ans. Est dit « docteur en médecine de la faculté de Reims ». 

 

En 1789, représente la paroisse Saint-Pierre des Herbiers à l’assemblée du Tiers Etat à Poitiers.

 

Électeur du canton des Herbiers en juin 1790 [3] et en septembre 1792.

 

Réfugié à Fontenay-le-Peuple en octobre 1793 (a donc vécu six à sept mois sous le règne des insurgés vendéens), avec sa femme, ses deux filles et ses deux sœurs, mais pas son fils René Henri, 16 ans, peut-être pensionnaire dans un établissement scolaire.

 

En mars 1794 se rend à Orléans (non loin de Sully-sur-Loire) vraisemblablement pour obéir à l’arrêté de Garrau, Hentz et Francastel, du 2 ventôse an II, éloignant les réfugiés de la Vendée de la région insurgée.

 

De retour en Vendée, la famille s'installe à Saint-Hilaire-des-Loges (date inconnue), où Etienne Hersant, toujours à Saint-Domingue, possède un « beau domaine ».

 

Officier de santé à Saint-Hilaire-des-Loges, en 1797, ne revient aux Herbiers que plus tard.

 

Maire des Herbiers de juin 1802 à avril 1804.

 

Le beau-frère, Etienne Hersant, « de Thouars, parti depuis 28 ans », est toujours à Saint-Domingue, dans la partie espagnole, il a été radié de la liste des émigrés, le 14 prairial an V.

 

Le 21 thermidor an XI (9 août 1803), aux Herbiers, mariage de ses filles :

1 - Rose, avec Louis Augustin Magloire Denêcheau, fils d’un officier de santé d’Antigny. (Voir le prêtre constitutionnel et marié, Alexis Eléonore François Denêcheau, son oncle, qui est témoin au mariage civil et au mariage religieux ! Macé, le « curé des Herbiers » qui célèbre le mariage ne pouvait ignorer qui était ce témoin qui semble ne s’être jamais réconcilié avec l’église !).

2 – Geneviève, avec François Martineau, de Saint-Hilaire-des-Loges, percepteur aux Herbiers.

 

*Décédé, à 71 ans, aux Herbiers le 28 brumaire an XIV (19-11-1805) [4].

 

Succession relativement modeste enregistrée au bureau des Herbiers le 9 mai 1806 [5].

[1]
Arch. dép. Vendée, Ardelay, BMS 1765-1775, vue 55  
[2]
Arch. dép. Vendée, Les Epesses, BMS 1766-1779, vue 136  
[3]
Annuaire de la Société d’Émulation de la Vendée, 39e année, 1892, p. 230-257  
[4]
Signalé par Gaufreton le 08-01-2016, d'après Arch. dép. Loiret, Sully-sur-Loire, M 25 avril 1808, vue 144/166, et confirmé par Arch. dép. Vendée, Les Herbiers, NMD an XIV-1808, vue 18/402  
[5]
Notice rédigée par Jean Artarit en juillet 2014, et largement enrichie en juillet 2017 grâce aux recherches effectuées par Louis Marie Caillaud  

Vie civile

Autre activité ou profession

  • Métier de la santé

    Date de début : 1769

    docteur en médecine

Vie militaire

Carrière ecclésiastique

Vie politique

Fonction représentative ou mandat

  • Maire

    Circonscription : Herbiers, Les, Vendée

    Date de début : 12 juin 1802

    Date de fin : avril 1804

    Règne ou régime : Consulat et Premier Empire (nov. 1799-1814)

Vie artistique et littéraire

Vie sociale

Relations

Relations

Références


Nous écrire