Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire historique des Vendéens

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Guilbaud, Eugène Auguste

imprimer la notice complète

Notice rédigée par : Archives de la Vendée

Fait partie de : Dictionnaire des combattants vendéens de la Grande Guerre

Données identitaires

Identité

homme

Portraits
eugene_guilbaud.jpg

eugene_guilbaud.jpg


Collection particulière

Naissance, Filiation et Décès

Naissance

le 21 octobre 1888

à Poiré-sur-Vie, Le (Vendée, France)

Filiations
  • Guilbaud, Auguste, degré : Père

  • Gendreau, Augustine, degré : Mère

Décès

le 16 octobre 1965

à Poiré-sur-Vie, Le (Vendée, France)

Notice biographique

Notice biographique

S'est marié au Poiré-sur-Vie avec Augustine Victorine Florence PORCHER le 2 mai 1922.

Vie civile

Autre activité ou profession

Vie militaire

Service

Date de début : 08 octobre 1909

Date de fin : 04 mai 1918

Classe : 1908

N° matricule : La Roche-sur-Yon, n° 1740

Armes et services des armées

  • Infanterie

    Date de début : 08 octobre 1909

    Date de fin : 04 mai 1918

    Eugène Auguste Guilbaud est incorporé au 137e régiment d'Infanterie le 8 octobre 1909 en tant que soldat de 2e classe puis est nommé soldat de 1ère classe le 11 avril 1911. Rappelé à l'activité par décret de mobilisation générale le 1er août 1914, il arrive au corps le 3 août suivant.

    Il est blessé dans la Somme à la cuisse droite par éclat d'obus dès le 29 septembre 1914. Il est affecté le 2 janvier 1915 au 128e RI, blessé à nouveau à la mâchoire par éclat d'obus le 8 mars 1915, puis encore à la cuisse droite à Verdun le 23 mai 1915, il passe au 402e régiment d'infanterie le 30 septembre de la même année. Nommé caporal le 10 octobre 1915, il est affecté au 116e RI le 6 avril 1916, puis au 298e RI le 7 juillet. A nouveau blessé par balle à la main droite le 3 janvier 1918 à la cote 344, il est réformé le 4 mai 1918.

Dernier grade

Caporal

nommé le 10 octobre 1915

Conflits et campagnes

Conflits
  • 1914-1918 : Première Guerre mondiale
Faits d'armes

Cité à l'ordre du régiment n° 357 le 21 juillet 1917 : "Caporal grenadier brave, calme et de sang froid, s'est fait remarquer en de nombreuses circonstances volontairement comme patrouilleur au cours des opérations du "Fort de Vaux" en octobre 1916, 3 fois blessé".

Citation à l'ordre du 298e R.I. du 28 octobre 1917 : "Caporal ayant sur ses hommes une grande autorité, à cause de sa bravoure, de son entrain et de son exemple. Commandant, dans un coup de main, un groupe de nettoyeurs de tranchées, a rempli complètement sa mission."

Médaille militaire ordre de l'armée n° 6293 du 23 janvier 1918 : "Caporal grenadier d'élite plein de courage et de sang froid, toujours volontaire pour les missions délicates ou périlleuses. Attaqué par des Allemands le 3 janvier 1918, au cours d'une reconnaissance s'est défendu avec énergie quoique grièvement blessé à la main droite, est parvenu à se dégager et à regagner nos lignes, 3 blessures antérieures et 2 citations"

Carrière ecclésiastique

Vie politique

Vie artistique et littéraire

Vie sociale

Distinctions

  • Distinctions honorifiques françaises
    • Croix de guerre 1914-1918

      Date de réception : 21 juillet 1917

      Croix de guerre avec palme et 2 étoiles de bronze

    • Médaille militaire

      Date de réception : 21 janvier 1918

Relations

Références


Nous écrire