Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire historique des Vendéens

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Garnereau, Pierre Blaise

imprimer la notice complète

Notice rédigée par : J. Artarit, J. Rivière

Fait partie de : Dictionnaire du clergé vendéen, XIIIe-milieu XXe siècle

Données identitaires

Identité

homme

Naissance, Filiation et Décès

Naissance

le 15 avril 1760

à Fontenay-le-Comte (Vendée, France)

Filiations
  • Jacques, degré : Père, profession : Métier du textile, de l'habillement et de la mode

    Exerce le métier de : fabricant d'étoffes

  • Renou, Anne, degré : Mère

Décès

le 09 avril 1818

à Fontenay-le-Comte (Vendée, France)

Qualité(s) ou fonction(s) principale(s)

Qualité principale :

Ecclésiastique

Caractéristique sociale

Religion

  • Membre de la Petite Eglise

Circonstances historiques

Contexte historique
  • 1789-1799
Qualité liée à un contexte historique exceptionnel
  • Prêtre réfractaire
  • Emigré

Notice biographique

Notice biographique

(° *Fontenay-le-Comte [Notre-Dame], 15-04-1760 - + * Fontenay-le-Comte, 9-04-1818).

Fils de Jacques Garnereau, « fabriquant d’étoffes » ou marchand, et d’Anne Renou.

Cousin germain de François-Gabriel Garnereau. Un homonyme, son oncle, Blaise Garnereau, syndic de la corporation des fabricants et marchands d’étoffes en 1780, est tué le 25 mai 1793 en défendant la ville contre les insurgés. Une sœur, Elisabeth Garnereau (Fontenay, 1766 - Fontenay, 13 vendémiaire an VII, 4 octobre 1798), mariée à Pierre Caquineau, maître de pension, régent, et dont Blaise Garnereau célèbre le mariage, à Notre-Dame de Fontenay, le 19 mai 1790. Pierre Caquineau, « régent », prête le serment de Liberté et égalité en septembre 1792. Une autre sœur, Marie Anne. 

Thèse de philosophie le 2 août 1779. Professeur de seconde au collège de Fontenay. Versse une contribution patriotique de 90 livres en 1790. Réfractaire au serment, est déporté. S’embarque aux Sables-d'Olonne le 09-09-1792, sur le Jean-François. A Calahora. Sa mère est arrêtée comme suspecte le 13 octobre 1793.

Actif partisan de la Petite Église, au retour. S’agite à Fontenay avec les frères Braud, Guoguet et Ballereau. « Prédicateur en titre » de la Petite église en 1815, interdit.

Lors de son décès est dit : « prêtre, âgé de 56 ans, né dans cette ville, décédé en son domicile, en la Grande Rue près la halle ».

Voir Mercier du Rocher, Journal.

Notice rédigée par Jean Artarit

Vie civile

Vie militaire

Carrière ecclésiastique

Ministère

  • Enseignant ou éducateur

    Date de début : 1782

    Lieu : Fontenay-le-Comte (Vendée, France)

    Professeur au Collège

Vie politique

Vie artistique et littéraire

Vie sociale

Relations

Relations

Références


Nous écrire