Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire historique des Vendéens

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Fayau, Joseph Pierre Marie

imprimer la notice complète

Notice rédigée par : J. Artarit

Données identitaires

Identité

homme

Autres Noms

  • M. des Bretinières, nom ou prénom usuel

Naissance, Filiation et Décès

Naissance

le 25 mars 1766

à Rocheservière (Vendée, France)

Filiations
  • Fayau, Jean-Baptiste, degré : Père, profession : Métier de la santé

    chirurgien

  • Mitteau, Perrine Jacquette Aimée , degré : Mère

Décès

le 29 mars 1799

à Saint-Christophe-la-Chartreuse (Vendée, France)

Qualité(s) ou fonction(s) principale(s)

Qualité principale :

Homme ou femme politique

Notice biographique

Notice biographique

Fayau Joseph Pierre Marie (Rocheservière, 25 mars 1766 - Saint-Christophe-la-Chartreuse, 9 germinal an VII - 29 mars 1799).

Fils du second mariage de Jean Baptiste Fayau (que l'on a dit avoir été assassiné par les « brigands » en l’an II, ce qui est faux puisqu'il est mort le 24 prairial an II - 12 juin 1794 - rue de la Contre-escarpe à Nantes), chirurgien, et de Perrine Jacquette Aimée Mitteau (mariés le 12-01-1762, décédée le 10-05-1788), son parrain avait été par procuration, Joseph Fayau négociant à Funchal dans l’île de Madère. Lors de la mort de sa mère, il hérite de 40 000 livres et est héritier de 40 000 autres venant de sa tante maternelle. Du côté de son père il hérite de 8000 livres et d’une rente de 6000.

Membre du directoire du département en novembre 1791. Électeur du canton de Fontenay en 1792, élu à la Convention, régicide, Fayau fut celui qui, le 19 décembre 1792, à la Convention, prit avec fougue la défense de Philippe-Égalité, qui, fait remarquer Chassin, avait été proche de Mercier du Rocher. C’est aussi Fayau qui empêcha, le 11 germinal an II (31 mars 1794), l’adoption de la proposition de Legendre de faire entendre à la barre Danton, mis en accusation. Un des Montagnards les plus actifs après Thermidor, il présente le 8 septembre 1794, un rapport « communiste », à la Convention. Il sera arrêté le 1er prairial an III (20 mai 1795), puis amnistié.

Voir ses positions terroristes à l’égard de la Vendée.

La date de sa mort est consignée sur le registre des mutations, décédé à Belle-Roche à Saint-Christophe-la-Chartreuse et à l'état civil.

Vie civile

Vie militaire

Carrière ecclésiastique

Vie politique

Fonction représentative ou mandat

  • Député à une assemblée nationale

    Date de début : 05 septembre 1792

    Règne ou régime : Monarchie constitutionnelle (juill. 1789-sept. 1792)

Vie artistique et littéraire

Vie sociale

Relations

Références


Nous écrire