Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire historique des Vendéens

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Dupleix, Victor Charles

imprimer la notice complète

Notice rédigée par : Gaufreton

Données identitaires

Identité

homme

Portraits
victor_dupleix.jpg

victor_dupleix.jpg


Musée Carnavalet, Histoire de Paris - [Mort de Victor Dupleix le 26 mai 1823 à Vich, Catalogne] / Jean-François Villain, vers 1823 (CC0 1.0)

Lien vers d'autres portraits

Naissance, Filiation et Décès

Naissance

le 03 juin 1795

à Sables-d'Olonne, Les (Vendée, France)

Déclaré en mairie le 16 prairial an III et né la veille

Filiations
  • Veillon, Thérèse Louise, degré : Mère

  • Dupleix, Aimé René, degré : Père, profession : Métier de la justice et de la police

    Juge du Tribunal du DistrictMaire des Sables-d'Olonne de 1816 à 1819

Décès

le 26 mai 1823

(Espagne)

Inhumé à : Vic

Qualité(s) ou fonction(s) principale(s)

Qualité principale :

Militaire

Notice biographique

Notice biographique

En 1823, lors de l'expédition d'Espagne, Dupleix, sous-lieutenant de la compagnie de voltige du 3ème bataillon au 8ème régiment d'infanterie de ligne, perdit la vie au début des hostilités.

Son nom demeure connu dès cette année-là, par la diffusion par l'image, relayant la mort du Sablais combattant des forces françaises de l'Armée des Pyrénées, engagées aux côtés de Ferdinand VII, et qui rapportant les dernières paroles du jeune officier, rendit sa fin héroïque et contribua à la propagande royale d'une campagne victorieuse.

Cette lithographie éditée et vendue à Paris [1] chez son auteur Jean-François Villain, sous le titre de "Victor Dupleix, vendéen, blessé sous les murs de Vich*, en Catalogne" a été versée au Dépôt légal le 12 novembre 1823.

La légende au bas de la feuille** donne « Victor Dupleix, né dans la Vendée, âgé de 27 ans, officier au 8ème régiment d'infanterie de ligne, atteint de deux balles dans une charge sous les murs de Vich en Catalogne, le 26 mai 1823 tomba dans les bras des voltigeurs qui le suivaient en leur disant "Mes amis je suis mort, mais Vive le Roi quand même". Ramené mourant dans la ville il rencontra son Colonel à qui il dit "Je suis heureux de mourir comme les miens, pour Dieu et le Roi", peu d'heures après il n'était plus. »

Son acte de décès datant du lendemain de sa mort, survenue à dix heures au matin du lundi 26 mai 1823, a été retranscrit sur les registres de sa ville natale le 6 août suivant [2].

L'illustration de l'agonie du Vendéen accompagna une série de quatre estampes consacrées aux "Actions glorieuses et faits d'armes de l'Armée d'Espagne", voulue par son commandant-en-chef, Louis-Antoine d'Artois, duc d’Angoulême [3].

 

* Vic, en catalan aujourd'hui

** h. 22,3 x l. 31,6 cm.

[1]
Bibliographie de la France ou Journal général de l'imprimerie et de la librairie, Année 1823, Paris, 1823, p. 695  
[2]
Archives de la Vendée - AD 2 E 194/15 acte n° 187  
[3]
Collection De Vinck : inventaire analytique, Paris, 1938, t. 5, p. 608  

Vie civile

Vie militaire

Carrière ecclésiastique

Vie politique

Vie artistique et littéraire

Vie sociale

Relations

Relations

Références


Nous écrire