Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire historique des Vendéens

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Dubois, Louis-Marie

imprimer la notice complète

Notice rédigée par : J. Artarit, J. Rivière

Fait partie de : Dictionnaire du clergé vendéen, XIIIe-milieu XXe siècle

Données identitaires

Identité

homme

Naissance, Filiation et Décès

Naissance

le 03 décembre 1753

à Boupère, Le (Vendée, France)

Filiations
  • François, degré : Père, profession : Métier du droit

    Exerce le métier de : huissier royal

  • Brunet, Charlotte, degré : Mère

Décès

le 15 mai 1807

à Boupère, Le (Vendée, France)

Qualité(s) ou fonction(s) principale(s)

Qualité principale :

Ecclésiastique

Circonstances historiques

Contexte historique
  • 1789-1799
Qualité liée à un contexte historique exceptionnel
  • Prêtre assermenté

Notice biographique

Notice biographique

(° *Le Boupère, 03-12-1753 + *Le Boupère, 15-05-1807).

Fils de François Dubois, huissier, et de Charlotte Brunet.

Ordonné par Monseigneur de Mercy, le 13 juin 1778, à Mouchamps. Vicaire d’Angles d’octobre 1782 à fin décembre 1783, puis vicaire de Champ-Saint-Père à partir de février 1784 (en remplacement de Nicolleau) [1], jusqu’à sa nomination à la cure de Saint-Vincent-sur-Graon en avril 1786, succède à Thibaud parti fin 1785 (Pas le même que le curé de Champ-Saint-Père), la cure étant desservie entre temps par O’Hara, vicaire.

Représenté à Poitiers, en mars 1789, par le curé de Biard (86). Prête serment par écrit sur le registre de la municipalité, le 18-03-1791. Élu à la cure de Champ-Saint-Père en mai 1791, ne prend pas ses fonctions. Électeur du canton des Moutiers-les-Maufaits, en 1792. Élu curé de l’Ile-d’Olonne en novembre 1792, ne prend pas son poste. Serment de liberté et d’égalité sur le registre de la municipalité, le 07-10-1792. Signe toujours à Saint-Vincent-sur-Graon : « Dubois, curé », le 31-12-1792.

Abdicataire le 20 frimaire an II (10-12-1793). Pensionné en l’an III, à Curzon. Agent municipal de Saint-Vincent-sur-Graon, en l’an V et l’an X. Le 11-01-1802, « Louis Benjamin Robin des Baraudières, propre prêtre de la paroisse de Saint-Vincent-sur-Graon en qualité de desservant » commence le registre de catholicité. Maire de Saint-Vincent-sur-Graon à partir de l’an IX, toujours en fonction en avril 1807. Mort au Boupère : « prêtre, 54 ans, né au Boupère, demeurant à Saint-Vincent-sur-Graon ».

ADV L 1105, L 501. AN F 19 891. Chassin G III 53 70 139, V III 527-528.

Notice rédigée par Jean Artarit

[1]
Date de début de ministère donnée par M. Philippe Moreau d'après état civil : https://etatcivil-archives.vendee.fr/ark:/22574/s005dd2bd5c66823/5dfff06bb28fc  

Vie civile

Vie militaire

Carrière ecclésiastique

Clergé catholique séculier

Date d'ordination sacerdotale : 13 juin 1778

Date de sécularisation : 10 décembre 1793

Ministère

Vie politique

Fonction représentative ou mandat

  • Maire

    Circonscription : Saint-Vincent-de-Graon, Vendée

    Date de début : avril 1806

Vie artistique et littéraire

Vie sociale

Relations

Relations

Références


Nous écrire