Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire historique des Vendéens

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Debien, Louis

imprimer la notice complète

Notice rédigée par : Archives de la Vendée

Fait partie de : Dictionnaire des notaires vendéens, XIVe-XXe siècle

Données identitaires

Identité

homme

Autres Noms

  • Debien de La Sicaudière, Louis, nom ou prénom usuel

Naissance, Filiation et Décès

Naissance

le 27 novembre 1720

à Péault (Vendée, France)

Date probable

Filiations
  • Debien, Jacques, degré : Père, profession : Métier du commerce

  • Proust, Marie, degré : Mère

Décès

le 09 septembre 1780

à Bretonnière, La (Vendée, France)

Qualité(s) ou fonction(s) principale(s)

Qualité principale :

Magistrat, officier public ou ministériel

Notice biographique

Notice biographique

Notaire de la châtellenie de Péault en résidence audit lieu, à Beaulieu-sur-Mareuil et à La Bretonnière. Aussi notaire et procureur de la baronnie de Mareuil et de la Vieille Tour. Aussi bourgois à Péault, et fermier de Lavart à Beaulieu-sur-Mareuil.

 ***

Fils de Jacques Debien, marchand à Péault et de Marie Proust (mariage à Fontenay-le-Comte en 1706). Probablement né à Péault en novembre 1720 (baptisé le 27), bien que son acte d'inhumation mentionne qu'il est âgé de 64 ans en 1780[1].

Frère de Pierre Debien, avocat, sénéchal de la Chaize-le-Vicomte vers 1742, sénéchal de Mareuil avant 1767.

Les enfants de Louis Debien et Marthe-Marie Martineau sont baptisés tantôt à La Bretonnière, tantôt à Péault entre 1745 et 1765 (mariage à Longèves le 7 mai 1743.

Dit Louis Debien de La Sicaudière à partir de 1757 dans le registre paroissial de Péault. Il est notaire de la baronnie royale de Champagné en 1767 lorsqu'il prend à ferme la petite métairie de la Vallée située dans l'île de La Bretonnière (120 livres par an)[2]. Il l’est toujours en 1771. Il acquiert cette même métairie en 1770 de Pierre Garos, fermier de la seigneurie de La Bretonnière, qui l'avait achetée en 1767 pour 3000 livres (plus 400 livres pour les bestiaux)[3]. Il décède à La Bretonnière en 1780 ; il est alors dit « bourgeois ».

 

 

[1]
Arch. dép. Vendée, BMS Péault 1717-42, vue 17/250 pour son possible baptême ; BMS La Bretonnière, 1779-92, vue 12/107 pour son inhumation.  
[2]
Arch. dép. Vendée, minutier de Luçon, Charrier 1766-69 : 11 avril 1767, vues 101-102/382. Pour l’année 1771 La Bretonnière, justices inférieures d’Ancien Régime, B 195, 30 avril 1771, vue 9/14.  
[3]
Arch. dép. Vendée, justices inférieures d’Ancien Régime, B 195 : insinuations des 19 novembre 1767, vue 6/14 et du 8 juin 1770, vue 8/14. L’acte a été passé devant Fillon et Claveau, notaires à Fontenay.  

Vie civile

Emploi public

  • Notaire

    Date de début : 1751

    Date de fin : 1780

    Lieu : Beaulieu-sur-Mareuil (Vendée, France)

  • Notaire

    Date de début : 1751

    Date de fin : 1780

    Lieu : Péault (Vendée, France)

  • Notaire

    Date de début : 1751

    Date de fin : 1780

    Lieu : Bretonnière, La (Vendée, France)

Vie militaire

Carrière ecclésiastique

Vie politique

Vie artistique et littéraire

Vie sociale

Relations

Références


Nous écrire