Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire historique des Vendéens

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Darcemalle, Jacques

imprimer la notice complète

Notice rédigée par : Lionel Meriau

Fait partie de : Dictionnaire du clergé vendéen, XIIIe-milieu XXe siècle

Données identitaires

Identité

homme

Autres Noms

  • Arcemalle, Jacques d', variante patronymique

Naissance, Filiation et Décès

Naissance

le 23 décembre 1655

à Sables-d'Olonne, Les (Vendée, France)

Filiations
  • Antoine Darcemalle, degré : Père

  • Jeanne Jamet, degré : Mère

Décès

le 17 février 1731

à Fontenay-le-Comte (Vendée, France)

Qualité(s) ou fonction(s) principale(s)

Qualité principale :

Ecclésiastique

Notice biographique

Notice biographique

Fils de messire Antoine Darcemalle (ou d’Arcemalle), écuyer, sieur de Grand Champ, et de damoiselle Jeanne Jamet, né aux Sables-d'Olonne le 23 décembre 1655, baptisé au logis en danger de mort, et finalement à l'église le 4 janvier 1656 ; le parrain a été messire Jacques Darcemalle, chevalier, seigneur du Langon, et la marraine damoiselle Marie Yvrenoge.

Jacques Darcemalle, attaché de 1701 à 1731 à la résidence de Fontenay-le-Comte, pensionné par le roi, "missionnaire royal" ou "contreversiste royal", spécialisé dans les missions aux nouveaux convertis, mais prêchant aussi des Avents, des Carêmes et des missions paroissiales. Il prêche dans le diocèse d'Angers (1715 Bourgueil et Brain-sur-Allonnes ; 1716 Château-Gontier ; 1717 la Chapelle d'Aligné) [1]. Une note à Bourgueil indique : "du 12 mai au 9 juin 1715, Mission à Saint-Germain de Bourgueil prêchée par le P. Darcemalle, de la Compagnie de Jésus, missionnaire du Roi. Le nombre des communiants a été de près de 6 000 ; toute la paroisse s’est confessée, sauf 8 à 10 personnes."

Apparemment tenu en grande estime. Les ennemis de la Compagnie tiennent un autre discours, bien entendu : "Arcemale : Jésuite missionnaire à Saumur, appelé Prêche-mal, ou Phantasmata ", parce qu’après avoir prononcé plusieurs fois ce mot en chaire, il est obligé d’en descendre. a.-28. 18 août, art. de Saumur, p. 171". "Le P. Arsemale sujet de risée pour son Auditoire, obligé de descendre de Chaire pour ne pouvoir trouver la suite de son discours ; disparaît de la Mission." [2].

[1]
Lebrun François. Croyances et Cultures dans la France d'Ancien Régime. 1985 ; Lebrun François. "Une mission à Brissac en 1707". In : Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest. Tome 81, numéro 3, 1974. P. 517-535.  
[2]
Table raisonnée et alphabétique des "Nouvelles ecclésiastiques" depuis 1728 jusqu'en 1760 inclusivement... Tome I, par de Bonnemare. Paris, 1767. P. 16 et 771  

Vie civile

Vie militaire

Carrière ecclésiastique

Clergé catholique régulier

Nom de l'ordre : Compagnie de Jésus (Jésuites)

Type de vie religieuse : apostolique

Date de profession : 02 février 1691

Ministère

  • Enseignant ou éducateur

    Date de début : 1700

    Lieu : Fontenay-le-Comte (Vendée, France)

    Professeur au Collège
  • Enseignant ou éducateur

    Date de début : 1714

    Lieu : Luçon (Vendée, France)

    Professeur au Séminaire

Missionnaire

  • Activité de Missionnaire en France

Vie politique

Vie artistique et littéraire

Vie sociale

Relations

Références


Nous écrire