Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire historique des Vendéens

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Danyau, Hippolyte Jean

imprimer la notice complète

Notice rédigée par : J. Artarit

Données identitaires

Identité

homme

Naissance, Filiation et Décès

Naissance

le 16 avril 1754

à Poiré-sur-Vie, Le (Vendée, France)

Filiations
  • Vexiau, Louise Suzanne , degré : Mère

  • Danyau, André François , degré : Père, profession : Métier du droit

Décès

le 06 janvier 1789

à Talmont (Vendée, France)

Qualité(s) ou fonction(s) principale(s)

Qualité principale :

Médecin

Notice biographique

Notice biographique

Né au Poiré-sur-Vie, le 16 avril 1754.

Fils d'André François Danyau, fils d’un notaire, lui-même notaire de la ville et principauté de La Roche-sur-Yon (de 1742 à 1777), né en 1716, décédé, au Poiré-sur-Vie, le 14 juin 1777, et de Louise Suzanne Vexiau, fille d’un notaire, mariés à Saligny le 4 mai 1751.

D M M : docteur médecin de Montpellier.

  • 1ère inscription : novembre 1778.
  • Baccalauréat : 26 janvier 1779.
  • Thèse : Tentamen medica de suppressione lochiorum [essai médical au sujet de l’étouffement des accouchements]. Montpellier, J. Martel, 1779.
  • Licence : 11 juin 1779.
  • Doctorat : 3 juillet 1779.
  • Durée du cursus : 8 mois, durée des examens : 6 mois.
  • Binôme avec Fayau.

Demeure à Talmont, où il se marie, le 25 janvier 1785, avec Suzanne Françoise Thibault, 17 ans, fille de Pierre Philippe Thibault de Forge, receveur de S. A. S. Monseigneur l’Amiral, et de Suzanne Rouillé ; Fayau, D. M. M., son ami, assiste au mariage.

Signe, au Poiré-sur-Vie, le 8 août 1784 : "H. J. Danyau, D. M. M."

Décédé à Talmont, le 6 janvier 1789, "docteur en médecine de la Faculté de Montpellier, âgé de 32 ans (sic)".

Un fils posthume : Hypolite Danyau (Talmont, 19 mars 1789 - Talmont, 3 vendémiaire an VI, 24 septembre 1797).

Plusieurs frères et sœurs dont : André Philippe Danyau, notaire, et Alexis Constant Danyau (1767-1848). Ce dernier est officier de santé en l’an V, lors du mariage de son frère André Philippe, aux Sables. Il aurait passé sa thèse de médecine à Paris en 1803. Chirurgien avant de devenir médecin ? Ce qui expliquerait qu’il ne soit pas allé étudier à Montpellier comme son frère, mais à Paris, devenu « la » faculté de médecine après la Révolution.

Vie civile

Vie militaire

Carrière ecclésiastique

Vie politique

Vie artistique et littéraire

Vie sociale

Relations

Relations

Références


Nous écrire