Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire historique des Vendéens

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Coupperie, Joseph Victor Augustin

imprimer la notice complète

Notice rédigée par : J. Artarit

Fait partie de : Dictionnaire du clergé vendéen, XIIIe-milieu XXe siècle

Données identitaires

Identité

homme

Naissance, Filiation et Décès

Naissance

le 19 avril 1730

à Péault (Vendée, France)

Filiations
  • Jacques François, degré : Père

    Porte le titre : Maître, Sieur de Beaulieu

  • Grassineau, Rose, degré : Mère

Décès

le 1793

à Fontenay-le-Comte (Vendée, France)

Qualité(s) ou fonction(s) principale(s)

Qualité principale :

Ecclésiastique

Circonstances historiques

Contexte historique
  • 1789-1799
Qualité liée à un contexte historique exceptionnel
  • Prêtre réfractaire

Notice biographique

Notice biographique

Joseph Victor Augustin Coupperie (Péault, 19 avril 1730 - Fontenay-le-Peuple ?, 1793 ?, pas retrouvé).

Fils de Jacques François Coupperie [sieur de Beaulieu] et de Rose Grassineau. 

Voir Charles Coupperie, né en 1728, à Péault et aussi Jean-Baptiste Coupperie, avocat en parlement en 1763 - est-ce ce dernier qui est maire de Péault en novembre 1792 ?

Clerc tonsuré à l’hôpital de Luçon en 1758, et à Péault, le 20 septembre 1760. Sous diacre à l’hôpital de Luçon en 1763. Présent et signe au mariage de son frère, Pierre Alexandre Coupperie, avec Elie Jacquette Morisson, à la Chapelle-Palluau, le 12 octobre 1767 : « diacre ». Signe « prêtre », en 1772, à l’hôpital de Luçon.

Chanoine hebdomadier avant 1779[1]. Le 16 février 1786, il assiste à l'inhumation de sa soeur Rose à Luçon. Elle avait épousé à Péault le 4 novembre 1742 Jean Pommeray, DMM, de la paroisse des Sables. Célèbre le mariage de sa nièce, Marie Anne Coupperie avec Pierre Samuel Sourouille, docteur en médecine, D M M, à Luçon, le 14 juillet 1788. Signe (« Coupperie chanoine hebdomadier ») lors d’un baptême à Luçon, le 6 mai 1789. 

Revenu : 1116 livres. Le 4 janvier 1791 demande, en même temps que Ligier, à l’administration départementale la « fixation de son traitement ». Refuse le serment. Certificat de résidence de la municipalité de Luçon, le 1er avril 1792. Déclaration de résidence à Luçon le 20 juin 1792.

Est signalé "passé parmi les rebelles..." [2].

Serait mort en prison à Fontenay-le-Comte en 1793, ou bien lors d’une des attaques de Luçon (voir Collinet p. 161) ou encore massacré en septembre 1793 ? 

En décembre 1793, inventaire des meubles de « Coupperie, ci-devant hebdomadier, prêtre déporté ». Le 6 octobre 1794, sa maison de Luçon sise rue des Gentihommes (celle "qu'il occupait avant son exportation") est vendue pour 4 175 livres. Le 8 brumaire an III (29 octobre 1794), à Luçon, ses meubles et effets ont vendus pour 1869 livres (Notaire Charrier, an II, vues 349-354) [3].

Décès pas retrouvé ?

 

[1]
Philippe Moreau signale le 05-09-2020 qu'il est déjà "chanoine hebdomadier" lors de la sépulture de son frère en octobre 1779 (Arch. dép. Vendé, Péault BMS, 1777-81, vue 24/047)  
[2]
Signalé par Philippe Moreau le 02-07-2020 d'après Arch. dép. Vendée, notaire Charrier, Luçon, 11 germinal an II (31 mars 1794) : vente des meubles de sa maison de Péault-sur-Mareuil, pour un total de 643 livres (vues 128-31/464)  
[3]
Philippe Moreau signale aussi le 15-06-2021 une déclaration de succession pour la métairie du Champblanc à Saint-Sornin qui passe à Charles Couprie, aubergiste à Challans. D'après Arch. dép. Vendée, bureau de l'enregistrement des Moutiers-les-Mauxfaits, table des successions acquittées, 2Q 8308, vue 8/42.  

Vie civile

Vie militaire

Carrière ecclésiastique

Clergé catholique séculier

Date d'ordination sacerdotale : 1765

Ministère

  • Chanoine

    Date de début : 1779

    Lieu : Luçon (Vendée, France)

    Avant octobre 1779

Vie politique

Vie artistique et littéraire

Vie sociale

Relations

Relations

[1]
Signalé par Grégoire Moreau le 16-11-2012  

Références


Nous écrire