Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire historique des Vendéens

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Clergeaud, Ludovic

imprimer la notice complète

Notice rédigée par : Thierry Heckmann

Données identitaires

Identité

homme

Naissance, Filiation et Décès

Naissance

le 22 mars 1890

à Marsais-Sainte-Radégonde (Vendée, France)

Décès

le 1956

()

Qualité(s) ou fonction(s) principale(s)

Qualité principale :

Syndicaliste, militant associatif ou politique

Circonstances historiques

Contexte historique
  • Seconde Guerre mondiale
Qualité liée à un contexte historique exceptionnel
  • Résistant

Notice biographique

Notice biographique

Membre de la SFIO dès la création de la première fédération socialiste départementale, lorsqu'il n'avait encore que 16 ans, Ludovic Clergeaud[1] était aussi membre de la Ligue des droits de l'Homme depuis 1913, et président de la Libre Pensée socialiste d l'Ouest en 1914. Il fait la guerre de 1914-1918 comme cannonier servant, mais il est surveillé car inscrit au carnet B. Il rejoindra ensuite les rangs de l'ARAC (Association républicaine des anciens combattants).

 

Candidat SFIO aux législatives de 1919, il suit le Yonnais Guillou au Parti communiste dès sa fondation en 1921. Il intervenait déjà dans chacun des numéros du journal de ce dernier, Le Prolétaire de la Vendée, depuis sa création en 1919. Il n'accepte cependant pas la bolchevisation du parti, et il en est exclu au congrès fédéral de Chantonnay, en janvier 1923.

 

Il rejoint aussitôt le Parti communiste unitaire (PCU), fondé en janvier précédent, et il crée le mois suivant sa fédération vendéenne. Il en reste secrétaire général lors de la fusion de ce parti avec l'Union fédérale des travailleurs socialistes révolutionnaires de France, au sein de l'Union socialiste communiste, qui devient le Parti socialiste communiste (PSC), avant une nouvelle fusion avec la SFIO en juin 1924. Il est alors secrétaire fédéral pour la Vendée d'avril 1937 à 1939 puis de nouveau de 1952 à sa mort en 1956.

 

Résistant, membre du réseau Libé-Nord, il est membre du Comité clandestin de libération, puis de la commission d'épuration et du Comité de libération élargi.

 

Conseiller municipal de Marsais-Sainte-Radegonde de 1935 à 1953, il est aussi conseiller général de L'Hermenault de 1937 à 1940 et de 1945 à 1949.

 

Il est l'auteur en 1939 d'une brochure publiée à Fontenay, Le socialisme en Vendée. Outre sa participation au Prolétaire de la Vendée de 1919 à 1921, il a contribué à divers organes de la presse politique et publié des "Carnets d'un militant" sous forme de chronique dans La Parole républicaine au cours des années 1950.

[1]
D'après l'article de Florence Regourd, "Ludovic Clergeaud et la fédération socialiste communiste de Vendée", dans CDMOT, Lettre d'information n°17-2012, p. 22-31 (coté aux Archives de la Vendée BIB PB 486).  

Vie civile

Autre activité ou profession

Vie militaire

Carrière ecclésiastique

Vie politique

Fonction représentative ou mandat

  • Conseiller municipal

    Circonscription : Marsais-Sainte-Radegonde, Vendée

    Date de début : 1935

    Date de fin : 1953

    Règne ou régime : Troisième République (1870-1940)

  • Conseiller général

    Circonscription : Canton de L'Hermenault, Vendée

    Date de début : 10 octobre 1937

    Date de fin : 1940

    Règne ou régime : Troisième République (1870-1940)

    Ludovic Clergeaud n'est plus conseiller général de 1940 à 1945.

  • Conseiller général

    Circonscription : Canton de L'Hermenault, Vendée

    Date de début : 23 septembre 1945

    Date de fin : 1949

    Règne ou régime : Gouvernement provisoire et Quatrième République (1944-1958)

Vie artistique et littéraire

Vie sociale

Relations

Références


Nous écrire