Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire historique des Vendéens

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Claveau, René

imprimer la notice complète

Notice rédigée par : Archives de la Vendée

Fait partie de : Dictionnaire des notaires vendéens, XIVe-XXe siècle

Données identitaires

Identité

homme

Qualité(s) ou fonction(s) principale(s)

Qualité principale :

Magistrat, officier public ou ministériel

Notice biographique

Notice biographique

Notaire et sergent royal de la baronnie de Vouvant et Mervent, en résidence à Longèves. Procureur, fabriqueur et syndic de la paroisse de Longèves. Administrateur de la confrérie de Notre-Dame, desservie en l'église de Longèves. Le 25 février 1667 (Arch. Vendée, 3 E 98/6), " Jeanne Gauvain, veufve de deffunct René Claveau, nottaire des baronnies de Vouvant et Mervant ", présentait une supplique à Mgr Barentin, commissaire départi en la généralité de Poitiers pour l'exécution des ordres de Sa Majesté, tendant à être déchargée du taux de taille abusif auquel elle avait été fixée : " Disant que les ennemys dudict deffunct son mary auroient fournys de memoire pour le faire taxer doffice, comme il la esté, à la somme de quatre vingts livres, en la parroisse de Longesves, quoy quil soit vray que ledict deffunct eust tres peu de bien, qui ne concistent seullement quen quarante boicellées de terre quil faisoit cultiver, et aultant de journaulx de vignes dont les fassons absorbent la majeure part du revenus, et quil estoit chargé de quatre enfans, tous à pourvoir, et sans aulcuns exercices que de desbiter quelque peu de vin et de passer quelques actes en la quallité de nottaire gratuitement, et esté dans les charges de collecteur quil ont beaucoup incommodé, et dont il est encore redevable à monsieur le recepveur, et comme ledict Claveau seroit le vingt quatriesme du presant mois malheureusement tumbé en la riviere de cette ville [de Fontenay], sur les sept heures du soir, par un trou qui estoit proche le logis de deffunct Bernardeau, que lon rebastist, quil nauroit peu apercevoir dans lobscurité de la nuict, et se seroit noyé, et laissé la supliante sa veufve chargée desdits quatre enfans, de debtes et autres mauvaises affaires, laquelle est dans limposibillité de payer ladicte taxe de quatre vingts livres ".

Vie civile

Emploi public

  • Notaire

    Date de début : 1650

    Date de fin : 1667

    Lieu : Longèves (Vendée, France)

Vie militaire

Carrière ecclésiastique

Vie politique

Vie artistique et littéraire

Vie sociale

Relations

Références


Nous écrire