Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire historique des Vendéens

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Chevallereau, Abraham Laurent

imprimer la notice complète

Notice rédigée par : J. Artarit

Fait partie de : Dictionnaire du clergé vendéen, XIIIe-milieu XXe siècle

Données identitaires

Identité

homme

Naissance, Filiation et Décès

Naissance

le 1717

à Sainte-Hermine (Vendée, France)

Pas de registre

Filiations
  • Chevallereau, Abraham François, degré : Père, profession : Métier du droit

    Exerce le métier de : avocat et sénéchal ; Porte le titre : Sieur de la Cacaudière

  • Barbier, Anne, degré : Mère

Décès

le 24 juin 1793

à Fontenay-le-Comte (Vendée, France)

Qualité(s) ou fonction(s) principale(s)

Qualité principale :

Ecclésiastique

Circonstances historiques

Qualité liée à un contexte historique exceptionnel
  • Prêtre réfractaire

Notice biographique

Notice biographique

(° Sainte-Hermine, 1717 [pas de registre] - + *Fontenay, 24 juin 1793).

Fils de Abraham François Chevallereau sieur de la Cacaudière, avocat, sénéchal de Sainte-Hermine (fils du sénéchal de Sainte-Hermine, lors de son mariage, mineur) et d’Anne Barbier, mariés à Luçon, le 28 novembre 1716.

Clerc tonsuré, parrain à Sainte-Hermine, le 15 janvier 1732. Clerc tonsuré, le 27 novembre 1739, prend possession de la chapelle des Gautreau en l’église de Sainte-Hermine. Vicaire de Mouilleron-en-Pareds de janvier 1746 à décembre 1747.

Aurait été d’après M. T. Réau, avant la Révolution, seigneur des terres du prieuré Sainte Catherine de la Roulière, à Luçon.

Chanoine de Luçon depuis 1748.

Présent et signe (Chevallereau, chn.) au mariage de sa sœur Marie Louise Chevallereau avec Simon Gaudin, à Sainte Hermine, le 20 août 1753 (une autre sœur, Marie Anne Antoinette Chevallereau, mariée par contrat du 21 juillet 1743, au Langon, avec François Aubry, bachelier en droit).

Signe lors du mariage de son frère, René François Chevallereau, sieur de la Dionnière, sénéchal de Mareuil, avec Marie Mathurine Jousseaume, le 10 août 1755.

Présent lors du décès de son père, 76 ans, à Sainte-Hermine, le 27 octobre 1768, ainsi que ses frères, François Chevallereau, sénéchal de Mareuil et Paul Chevallereau.

Présent et signe (« Chevallereau chanoine ») au mariage de son autre frère, Pierre Guillaume Chevallereau avec Catherine Angélique Ferret (fille d’un procureur fiscal de Sainte-Hermine), à Sainte-Hermine, le 4 juillet 1769.

Signe la protestation contre le vote du 13 avril 1790, puis celle contre la suppression des chapitres. Signe la procuration du 30 octobre 1790 : : « Chevallereau, chanoine ». 

Refuse le serment.

Présent, mais ne signe pas, lors de la sépulture de son frère, René François, à Saint-Hermand, le 10 septembre 1790. Certificat de résidence de la municipalité de Luçon, le 1er avril 1792.

Testament olographe, du 16 janvier 1793, rédigé à Fontenay, chez Giraud, père, perruquier, grande rue, vis à vis de la Fontaine, signé : « Chevallereau, prêtre ci-devant chanoine ». 3 E 49/109-6, an II, vue 17/177. Notaire Pilenière, Luçon. Héritier « le citoyen René Guillet, de Saint-Hermant (voir ce nom) ».

Décédé chez André Giraud père, perruquier à Fontenay, le 24 juin 1793 : déclaration du 2 nivôse an II. Est dit âgé de 75 ans, « prêtre, ci-devant chanoine de Luçon ». Signé : « Perreau, officier public ». Décédé durant la période où l’état civil n’a pas été tenu à Fontenay. Le 25 juin Prieur et Bréchard, membres du Comité provisoire royaliste apposent « les scellés sur les effets » du chanoine Chevallereau. Giraud déclare que ce dernier vivait depuis un an environ dans une chambre garnie de sa maison. Avait près de lui une domestique, Marie Jeanne Joyaud. 965 livres en écus sont trouvés et une montre en or (papiers du Tribunal révolutionnaire de Paris, affaire du Comité de Fontenay, aux A D 85).  Le perruquier André Giraud est dénoncé comme suspect d’aristocratisme en septembre 1793. Voir la phrase de Monseigneur de Mercy à propos de sa mort : « Je ne suis pas surpris de la mort de M. Chevallereau, il était depuis longtemps comme non existant ». Lettre du 30 janvier 1796. Succession dans le registre de Sainte-Hermine.

Sources :

AD Vendée : 1 Q 379, 587, 1073.

AN : W 279-18.

Vie civile

Vie militaire

Carrière ecclésiastique

Ministère

  • Vicaire

    Date de début : janvier 1746

    Lieu : Mouilleron-en-Pareds (Vendée, France)

  • Chanoine

    Date de début : 1748

    Lieu : Luçon (Vendée, France)

Vie politique

Vie artistique et littéraire

Vie sociale

Relations

Références


Nous écrire