Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire historique des Vendéens

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Chessebeuf, Jean

imprimer la notice complète

Notice rédigée par : J. Artarit

Données identitaires

Identité

homme

Naissance, Filiation et Décès

Naissance

le 17 août 1754

à Nalliers (Vendée, France)

Filiations
  • Mathurin Chessebeuf, degré : Père, profession : Agriculteur

    Fermier

  • Jeanne Jouineau, degré : Mère

Décès

le 01 mai 1847

à Fontenay-le-Comte (Vendée, France)

Notice biographique

Notice biographique

Chessebeuf Jean (Nalliers, 17 août 1754 - Fontenay, 1er mai 1847).

Fils de Mathurin Chessebeuf, fermier, et de Jeanne Jouineau, mariés à Pétosse, le 29 février 1740.

Procureur à Fontenay, se marie, au Château-d’Olonne, le 1er août 1781, avec Anne Julie Herbert (Saint-Hilaire-le-Forêt, 17 mars 1754 - Fontenay, le 16 décembre 1790). Contribution patriotique : 150 livres. Notable de la commune en novembre 1790, officier municipal en septembre 1792. Chez lui, depuis octobre 1792, demeure Félicité Guillot, épouse séparée du médecin italien François Antoine Nicastro, arrêtée en septembre 1793. Le 25 mai 1793, se serait montré favorable aux rebelles (délibération municipale, 20 pluviôse an III, 8 février 1795). Est destitué le 30 août 1793. Arrêté le 13 septembre 1793, comme membre destitué d’une administration, emprisonné à Celles-sur-Belle et mis en liberté en brumaire an III. Sa maison, contigüe à la prison, Grande rue, sera transformée en prison, le 13 novembre 1793, puis supprimée le 23 juillet 1794. Semble, le 25 mai 1793, avoir montré des sentiments favorables aux rebelles, mais ne s’était pas joint à eux, cela lui vaudra de se voir refuser, après thermidor et pendant plusieurs mois, un certificat de civisme. Certificat de civisme accordé le 11 frimaire an III (1er décembre 1794), mais déclaré nul, le 17 nivôse an III, 6 janvier 1795 (délibération municipale), puis rétabli le 20 pluviôse (8 février 1795) suivant. En nivôse membre du comité des subsistances avec Belliard et Isaac Guillet. Son beau-frère, Gilbert Henri Herbert, est curé d’Aizenay, réfractaire, « déporté » en Espagne. Est aussi beau-frère du notaire de Fontenay, Jean Girard, à cause de Lucie Aimée Herbert. Décédé, ancien magistrat, en son domicile, rue Sainte-Catherine.

Vie civile

Vie militaire

Carrière ecclésiastique

Vie politique

Vie artistique et littéraire

Vie sociale

Relations

Relations

Références


Nous écrire