Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire historique des Vendéens

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Caillé, Henri Jean

imprimer la notice complète

Notice rédigée par : J. Artarit, Maurice Mignet

Fait partie de : Dictionnaire du clergé vendéen, XIIIe-milieu XXe siècle

Données identitaires

Identité

homme

Naissance, Filiation et Décès

Naissance

le 10 juin 1753

à Poiré-sur-Vie, Le (Vendée, France)

Filiations
  • Pierre, degré : Père, profession : Métier de la santé

    Exerce le métier de : docteur en médecine ; Porte le titre : Noble homme

  • Dupuy, Jeanne Hélène, degré : Mère

Décès

le 07 février 1804

à Poiré-sur-Vie, Le (Vendée, France)

Qualité(s) ou fonction(s) principale(s)

Qualité principale :

Ecclésiastique

Notice biographique

Notice biographique

Henry Jean Caillé, né au Poiré-sur-Vie, le 09-06-1753, fils de Pierre Caillé (toujours vivant semble-t-il en 1789 - 484/539), D. M. M, médecin ordinaire de S.A.S. le duc d’Orléans dans la principauté de La Roche-sur-Yon, et de Jeanne Hélène Dupuy, et décédé, au Poiré, le 18 pluviôse an XII (08-02-1804) [sa sépulture figure sur le registre de catholicité à cette date].

A « 52 ans, [est dit] propriétaire, époux de Jeanne Cantin [qui se remarie au Poiré, le 8 janvier 1807, avec Louis Bonaventure Brochard et décède le 19-11-1822], né au Poiré-sur-Vie, fils de Pierre Caillé et d’Hélène Dupuy ». Avait été adjoint de la mairie du Poiré en l’an IV.

Est dit titulaire de la chapellenie de la Jarrie (Saligny) en 1770 (Arch. dép. Vendée, B 1035).

Henri Jean Caillé « clerc tonsuré », signe au Poiré le 12-11-1781. 

Omniprésent au sein de l’administration municipale cantonale du Poiré (ADV, L 1238) entre juillet 1796 et mai 1800 (sauf de mars à septembre 1797), en tant que président, agent ou adjoint ; cette administration est contrôlée par le commissaire politique Danyau.

La Chronique paroissiale du Poiré d’Hyppolite Boutin parle de lui à propos de Pierre Moreau, curé du Poiré : « Malmené par l'administration locale à la tête de laquelle se trouve le citoyen Henry-Jean Caillé, ex-abbé, il obtint du général de Grigny un ordre pour Caillé de montrer moins de raideur et moins de zèle (octobre 1797). Ce dernier venait, d'ailleurs, de prêter le serment (septembre 1797) de haine à la royauté, prescrit après le coup d'État de fructidor. Une lettre de M. Pierre Moreau, confisquée aux Sables, à la fin de 1798, porte que, depuis ce serment, la considération dont l’ex-curé jouissait avait singulièrement diminué. »

Épouse le 19 juillet 1802 (30/mess/X) Marie-Jeanne Cantin (âgée alors de 31 ans)[1].

[1]
Notice revue et corrigée le 29-06-2020  

Vie civile

Vie militaire

Carrière ecclésiastique

Vie politique

Vie artistique et littéraire

Vie sociale

Relations

Références


Nous écrire