Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire historique des Vendéens

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Biaille de La Brissonnerie, Charles Armand

imprimer la notice complète

Notice rédigée par : J. Artarit

Fait partie de : Médecins du Bas-Poitou

Données identitaires

Identité

homme

Naissance, Filiation et Décès

Naissance

le 02 avril 1749

à Fontenay-le-Comte (Vendée, France)

Filiations
  • Pierre Thomas Biaille de Germon, degré : Père

    conseiller du roi, procureur en la maîtrise des Eaux et forêts

  • Jeanne Draud, degré : Mère

Décès

le 14 juillet 1806

à Paris (Paris, France)

Adresses

  • 19 rue Saint Thomas/Paris

    Année à laquelle la résidence est attestée : 14 juillet 1806

Qualité(s) ou fonction(s) principale(s)

Qualité principale :

Médecin

Notice biographique

Notice biographique

Né à Fontenay-le-Comte (Notre-Dame), le 2 avril 1749.

Fils de Pierre Thomas Biaille de Germon, conseiller du roi, procureur en la maîtrise des Eaux et forêts, et de Jeanne Draud (de la Crosnière), fille d’un médecin de Fontenay, mariés à Foussais, le 2 juin 1744.

Frère du député à la Constituante, puis maire de Fontenay, François Thomas Biaille de Germon (1748-1814), assiste au mariage de ce dernier, en septembre 1793, à Fontenay, avec la fille du docteur Pichard de la Blanchère.

D M M :

  • 1ère inscription : Août 1769.
  • Baccalauréat : 9 novembre 1771.
  • Licence : 21 mars 1772.
  • Doctorat : 2 mai 1772.
  • Durée du cursus : 33 mois, durée des examens : 6 mois.
  • S'inscrit en même temps qu'Augustin Antoine Brisson.

Exerce à Fontenay, signe la demande d’états du Poitou sur le modèle de ceux du Dauphiné, le 24 décembre 1788.

Marié à Fontenay-le-Peuple, le 16 floréal an IV (5 mai 1796), avec Rose Louise Robert-Boisfossé (Machecoul, 2 août 1761 - ?), fille de Louis Philippe Robert-Boisfossé et d’Honorée Eléonore Robert de la Jarry Lezardière. Habite Etienne-des-Loges (sic).

Exerce à Fontenay en l’an X.

Décédé, à Paris, le 14 juillet 1806, rue Saint-Thomas, n° 19 (registre des mutations de La Châtaigneraie).

Est-ce lui dont parle Mercier en disant que deux des frères de Biaille de Germon « sont morts fous », on ne retrouve que deux frères ayant atteint l’âge adulte, dont l’un Henri Jacques Biaille, décédé à 22 ans, en 1776.

Vie civile

Autre activité ou profession

  • Métier de la santé

    Date de début : 1776

    Lieu : Fontenay-le-Comte (Vendée, France)

    médecin, exerce toujours en l'an X (1802)

Vie militaire

Carrière ecclésiastique

Vie politique

Vie artistique et littéraire

Vie sociale

Relations

Relations

Références


Nous écrire