Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire historique des Vendéens

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Barbot, Jean-François

imprimer la notice complète

Notice rédigée par : Louis-Marie Caillaud

Fait partie de : Dictionnaire des notaires vendéens, XIVe-XXe siècle

Données identitaires

Identité

homme

Naissance, Filiation et Décès

Naissance

le 19 août 1762

à Saint-Michel-Mont-Mercure (Vendée, France)

Filiations
  • Jean Alexandre, degré : Père

  • Giraud, Marie, degré : Mère

Qualité(s) ou fonction(s) principale(s)

Qualité principale :

Magistrat, officier public ou ministériel

Notice biographique

Notice biographique

Jean-François Barbot, notaire à la Chambaudière de Saint-Michel-Mont-Mercure, se distingue de ses confrères par ses opinions politiques.

Marié clandestinement aux Epesses le 13 janvier 1795 par Macé desservant de Saint-Paul-en-Pareds et futur doyen des Herbiers, l'acte (qui est dans le registre de Saint-Paul-en-Pareds) le présente comme "inspecteur de la troisième division de l'armée du centre". Le mariage sera régularisé le 31/03/1802 à Saint-Michel-Mont-Mercure.

Présente une pétition le 5 août 1796 à l'administration municipale du canton de La Flocellière, comme président de la dite administration, demeurant à Saint-Michel-Mont-Mercure (Arch. Vendée, L 1619) : " [exposant] que son intention seroit dexercer les fonctions de nottaire public et quil ne peut [le] faire sans avoir demendé votre avis, que vous este prié de metre au bas du present, affin quil se pourvoye devant qui il appartiendra, pour obtenir des provisions a cet effet ". Avis favorable de l'administration municipale en date du 7 août 1796 : " Lui connoissant pour cet effet les capacités nécessaires et vu le besoin den avoir dans ce canton ".

Il exerçait comme notaire seigneurial avant sa prestation de serment le 27-09-1796. Il avait reçu notamment le contrat d'un mariage hors norme d'Alexandre Bourbon, officier de l'armée de la République, et de Gabrielle de Hillerin du Boistissandeau rescapée des prisons nantaise (il avait déjà travaillé en d'autres occasions pour la famille de Hillerin).

En tant que notaire public on le sent rétif à l'égard des nouveautés apportées par la Révolution. Si dans l'analyse qui précède l'acte, les communes sont dénommées curieusement Paul, Mars ou Michel, dans l'acte lui-même on lit St Paul-en-Pareds, St Mars-la-Réorthe, St Michel Mont-Mercure. Il rédige aussi la vente d'une vigne sujette à complant "à la sixième partie des fruits ... au cas qu'il seroit de nature à ne pas être supprimé"...

A une époque où le client se fait rare chez les notaires des Herbiers, il fait preuve d'une activité débordante : il a une clientèle de paysans (beaucoup de contrats de mariage) mais pas seulement. On vient chez lui (en pleine campagne) d'assez loin et la présence de clients à Combrand, pourrait laisser penser qu’il avait des liens avec la Petite Eglise.

Vie civile

Emploi public

  • Notaire

    Date de début : 1796

    Date de fin : 03 juillet 1822

    Lieu : Saint-Michel-Mont-Mercure (Vendée, France)

    Prestation de serment le 27-09-1796

Vie militaire

Carrière ecclésiastique

Vie politique

Vie artistique et littéraire

Vie sociale

Relations

Références


Nous écrire