Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire historique des Vendéens

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Auger, François Benjamin

imprimer la notice complète

Notice rédigée par : J. Artarit, J. Rivière

Fait partie de : Dictionnaire du clergé vendéen, XIIIe-milieu XXe siècle

Données identitaires

Identité

homme

Naissance, Filiation et Décès

Naissance

le 19 mars 1722

à Fontenay-le-Comte (Vendée, France)

Filiations
  • André, degré : Père, profession : Métier du droit

    Exerce le métier de : conseiller du roi et juge au siège de Fontenay ; est aussi : marguillier

  • Duval, Marie Gabrielle, degré : Mère

Décès

le 06 décembre 1799

à Auzay (Vendée, France)

Qualité(s) ou fonction(s) principale(s)

Qualité principale :

Ecclésiastique

Circonstances historiques

Contexte historique
  • 1789-1799
Qualité liée à un contexte historique exceptionnel
  • Prêtre réfractaire

Notice biographique

Notice biographique

(° *Fontenay-le-Comte [Notre-Dame], 19-03-1722 - + *Auzay, 06-12-1799 [15 frimaire an VIII]).

Fils d’André Auger, « conseiller du roi au siège de cette ville et marguillier d’honneur » (« juge à Fontenay » dans l’acte de décès de son fils), décédé le 07-06-1743 à Auzay, « conseiller au siège royal de Fontenay-le-Comte », à 75 ans, et de Marie Gabrielle Duval (décédée à Auzay, le 7 novembre 1738, à 37 ans).

Curé de Chasnais depuis juillet 1747 (à 25 ans), succède à Baron Desgranges (?). Célèbre à Notre-Dame de Fontenay, le 28-06-1766, le mariage de Charles Joseph Duval de la Vergne, président de l’élection de Fontenay, avec Marguerite Renée Gaultron des Mottes.

Représenté à Poitiers, en mars 1789, par Rodier, curé de Corpe. Refus du serment. Dernière signature sur le registre de sa paroisse le 18-07-1792. Interné à Fontenay en août 1792. Reçoit 365 livres de secours le 4-04-1793 (n° 13). Détenu à Niort, aux Ursulines, durant 12 mois, en 1793-1794. Sa sœur, Marie Stéphanie Auger, veuve Divé, est arrêtée le 15 septembre 1793. Le comité de surveillance de Fontenay-le-Peuple l’envoie le 12-04-1794, avec treize autres détenus, à Javarzay, commune de Chet-Boutonne. Communique avec le chanoine Paillou, en Espagne, à la fin de 1794 ou au début de 1795. A l’hôpital de Fontenay en l’an VI. Reclus à l’hospice de Fontenay-le-Peuple, avec les prêtres Maillard, Huet et Rampillon, demande son élargissement, le 24 nivôse an V (13 janvier 1797). Détenu à l’hôpital civil de Fontenay en octobre 1797 : « paisible ». Mis en liberté en 1798.

Nommé Vicaire général (clandestin) de Monseigneur de Mercy - qui le nomme : « le bon Chasnais » - pour le sud de la Vendée en 1797. Décédé à Auzay chez son frère, Jacques Jacob Aimé Auger de la Garneraie, est dit : « ex curé de Chasnais, âgé de 78 ans ». Droits de succession : environ 300 f.

Voir la correspondance de Monseigneur de Mercy qui écrit de lui : « Homme si sage, si modeste ». ADV L 1292. Chassin P III 9 n, 89. Mercy ++. ; Notice rédigée par Jean Artarit.

Vie civile

Vie militaire

Carrière ecclésiastique

Ministère

  • Fonction non précisée

    Lieu : Auzay (Vendée, France)

    retiré
  • Vicaire

    Date de début : 1739

    Lieu : Mervent (Vendée, France)

  • Curé

    Date de début : 19 mars 1747

    Lieu : Chasnais (Vendée, France)

  • Vicaire épiscopal

    Date de début : 1797

    Lieu :

Vie politique

Vie artistique et littéraire

Vie sociale

Relations

Relations

Références


Nous écrire