Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire historique des Vendéens

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Albert, François

imprimer la notice complète

Notice rédigée par : Jean Rigaudeau

Fait partie de : Essai

Données identitaires

Identité

homme

Naissance, Filiation et Décès

Naissance

le 06 octobre 1753

à Saint-Pierre-du-Chemin (Vendée, France)

Filiations
  • Angélique Brémaud, degré : Mère

  • René, degré : Père

Décès

le 23 janvier 1794

à Fontenay-le-Comte (Vendée, France)

Circonstances historiques

Contexte historique
  • 1789-1799
Qualité liée à un contexte historique exceptionnel
  • Insurgé vendéen ou considéré comme tel
  • Fusillé, guillotiné ou exécuté

Notice biographique

Notice biographique

Né le 6 octobre 1753, à Saint-Pierre-du-Chemin (Vendée), fils de René et Angélique Brémaud. Il épouse à Menomblet, le 22 janvier 1788, Marie Guitton, qui lui donnera François, le 7 janvier 1789 et une fille, Marie-Rose, le 31 janvier 1791. Tisserand à la Grêlerie de Montournais, il est arrêté à son domicile par un détachement de volontaires, le 12 janvier 1794 et interné à la Châtaigneraie. Les administrateurs du district le font transférer à Fontenay-le-Comte, deux jours plus tard et sollicitent les dépositions des patriotes locaux réfugiés à la Châtaigneraie. François Crémois, âgé de 29 ans, métayer, Henry Moreau et Marc Roy, tous trois de Menomblet, déposent à charge et les membres de la commission militaire (Faurès, capitaine, commandant du bataillon de Saintes, Chevallereau, Borgleteau et Devaux, fils), qui le jugent en compagnie de Jean Loubeau, de Saint-Marsault et Pierre Martin, de Saint-Fulgent, prononcent le 23 janvier, sa condamnation à mort et la confiscation de ses biens, attendu que selon les dépositions de plusieurs témoins, il est prouvé qu’ils ont été brigands et même chefs, qu’il ont pris des chevaux aux patriotes pour aller aux batailles et qu’il ont monté la garde de crainte que les patriotes fussent voir ce qui se passait. Il est guillotiné le même jour, sur la place de la Révolution, par Asselin, le vengeur national. [Sources : Arch. dép. 85, L 1586]

Vie civile

Autre activité ou profession

  • Métier du textile, de l'habillement et de la mode

    Lieu : Montournais (Vendée, France)

    tisserand

Vie militaire

Carrière ecclésiastique

Vie politique

Vie artistique et littéraire

Vie sociale

Relations

Références


Nous écrire