Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire historique des Vendéens

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Airaud, Henry

imprimer la notice complète

Notice rédigée par : Jean Rigaudeau

Fait partie de : Essai

Données identitaires

Identité

homme

Autres Noms

  • Héraud, Henry, variante patronymique

Naissance, Filiation et Décès

Décès

le 01 janvier 1794

à Fontenay-le-Comte (Vendée, France)

Circonstances historiques

Contexte historique
  • 1789-1799
Qualité liée à un contexte historique exceptionnel
  • Insurgé vendéen ou considéré comme tel
  • Fusillé, guillotiné ou exécuté

Notice biographique

Notice biographique

Agé de 27 ans, habitant Vouvant (Vendée). Le 1er janvier 1794, il est jugé par la commission militaire de Fontenay-le-Comte présidée par René-Jean-Jacques Baussay, capitaine de l’artillerie légère, assisté de Poitevin, capitaine, commandant le bataillon de Barbezieux, Faurès, commandant le bataillon de Saintes, Lasalle, adjudant-major du bataillon de La Rochefoucauld, Bouvard, Fraigneau et Renaud, fusiliers du bataillon de Saintes et Willemandy, en même temps que trois habitants de Menomblet, François Cornuau, Jean Jaulin et Henry Laroche, qui le condamne à la peine de mort, en considérant qu’il est prouvé par les différentes dépositions formulées contre lui, qu’il a forcé des citoyens à aller au brigandage en les menaçant de sonner le tocsin, s’ils ne se rassemblaient pas, qu’il a volé et pillé des patriotes et qu’il a été à différents combats, enfin qu’il est un vrai brigand. Il est guillotiné le jour même, sur la place da la révolution, à cinq heures du soir, par le vengeur national, Pierre Asselin. Ses biens sont confisqués au profit de la Nation. [Sources : Arch. dép. 85, L 1586]

Vie civile

Vie militaire

Carrière ecclésiastique

Vie politique

Vie artistique et littéraire

Vie sociale

Relations

Références


Nous écrire