Archives départementales de la Vendée avec le concours de la Société d'émulation de la Vendée Dictionnaire historique des Vendéens

Espace contributeur

Identifiez vous - Pour en savoir plus

Adbin, Michel (fils)

imprimer la notice complète

Notice rédigée par : Jean Rigaudeau

Fait partie de : Dictionnaire des contemporains de la guerre de Vendée

Données identitaires

Identité

homme

Naissance, Filiation et Décès

Naissance

à Montenay (Vienne, France)

Filiations
  • Françoise Chartier, degré : Mère

  • Michel, degré : Père

Décès

le 10 février 1794

à Laval (Mayenne, France)

Circonstances historiques

Contexte historique
  • 1789-1799
Qualité liée à un contexte historique exceptionnel
  • Insurgé vendéen ou considéré comme tel
  • Fusillé, guillotiné ou exécuté

Notice biographique

Notice biographique

Né à Montenay de Michel et Françoise Chartier, employé aux gabelles à Grenoux (Mayenne). Le 23 octobre 1793, il rejoint, sous les ordres de Besnier de Chambray, l’armée des insurgés vendéens en route vers un port normand et suit cette troupe jusqu’à la bataille du Mans, des 12 et 13 décembre. Revenu dans son foyer, il est arrêté et conduit devant le comité révolutionnaire de Laval, qui l’entend. Le 10 février 1794, la commission révolutionnaire provisoire, présidée par Jean Clément, assisté des juges Jean-François Marie-Colinière, René Pannard et Michel Faur, attendu qu’il est prouvé et confessé par lui-même, qu’au passage des rebelles de la Vendée, il s’est réuni sous le commandement et aux sollicitations de l’infâme Chambray, qui les a splendidement nourris et traités pendant le séjour des dits brigands et à leur départ, l’aurait, avec eux suivi, avec les armes ou emploi qui leur avait été procuré dans cette armée, par Mayenne, Ernée, Fougères etc…, après avoir entendu le républicain Jean-Baptiste Volcler, accusateur militaire, dans ses conclusions, le condamne à mort comme traître et infâme à la patrie, tout comme Chambray, son chef, déclare que ses biens, meubles et immeubles sont acquis au profit de la république et ordonne que le présent jugement soit exécuté sur le champ. Il est guillotiné le même jour, en même temps que son père, sur la place au blé de Laval, par le bourreau Jean-François Durand. [Sources : Arch. dép. 53, L 1642 bis]

Vie civile

Vie militaire

Carrière ecclésiastique

Vie politique

Vie artistique et littéraire

Vie sociale

Relations

Références


Nous écrire